Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

DiplomatieLa « RASD » prendra officiellement part au sommet UE-UA d’Abidjan

23.11.2017 à 11 H 02 • Mis à jour le 23.11.2017 à 11 H 54
Par
La « RASD » participera au sommet Union européenne – Union africaine les 29 et 30 novembre à Abidjan. Une décision officialisée par la vice-présidente de la Commission européenne Federica Mogherini et le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat, au cours d’une conférence de presse conjointe le 22 novembre à Bruxelles

La position de l’Union africaine (UA) sur la participation de la « RASD » au 5ème sommet UA-UE prévu les 29 et 30 novembre à Abidjan est « acceptée par l’ensemble de ses membres », a affirmé mercredi 22 novembre à Bruxelles le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue européenne Federica Mogherini.


« Je me suis rendu au Maroc où j’ai rencontré le roi Mohammed VI. Nous avons discuté (de la participation africaine au sommet UA-UE) et de ce côté, la position de l’UA est acceptée par l’ensemble de ses membres », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, tenue en marge de la conférence de haut niveau « vers un partenariat renouvelé avec l’Afrique ».



Soulignant que la problématique de la participation au sommet d’Abidjan est « une question africaine », Moussa Faki Mahamat a affirmé que l’UA a résolu le problème en décidant que « l’ensemble des membres de l’UA prennent part » à ce sommet.


Le 16 octobre dernier, le Conseil exécutif de l’UA, réuni en session extraordinaire, avait rappelé que la « RASD » avait, en qualité de membre de l’UA, le droit de participer au sommet UE-UA.


La haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a reconnu pour sa part que l’UE a « soutenu le travail accompli, ces derniers mois, par Faki Mahamat » pour trouver une solution à la problématique de la participation au 5ème sommet UA-UE, saluant sa « capacité extraordinaire » à « résoudre une question qui aurait pu être compliquée ».


« Nous avons exprimé l’intérêt que tous (les membres de l’UA) soient présents au sommet d’Abidjan », a-t-elle affirmé, soulignant, néanmoins, que ce n’était « pas à l’UE de gérer la question » de la participation africaine au sommet. « C’était important pour nous que l’UA trouve une solution africaine à la question », a-t-elle martelé.


« Bien sûr, cela ne change en rien notre position sur le Sahara occidental », ajoute Federica Mogherini. L’UE a toujours affirmé son « soutien aux efforts du secrétaire générale des Nations unies en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable » dans le conflit.


En septembre dernier, une délégation de l’UA a tenu, dans le cadre des travaux du comité conjoint chargé de préparer le 5e Sommet UE-UA, des réunions de travail avec le Groupe africain des ambassadeurs à Bruxelles et a eu des entretiens avec de hauts responsables du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), dont la Secrétaire générale du SEAE, Helga Schmid.


La délégation de l’UA a rappelé, à cette occasion, à la partie européenne que la question du format du prochain sommet UE-UA a été tranchée suite aux décisions adoptées par les chefs d’Etat africains, et que par conséquent, le format de cette rencontre comprendra l’intégralité des pays représentés au sein de l’UA.


Le Maroc pourrait être représenté « au plus haut niveau » à ce conclave– c’est-à-dire à celui de son chef d’Etat, le roi Mohammed VI lui-même, ont déclaré, sous couvert d’anonymat, plusieurs sources diplomatiques consultées par Le Desk, à Bruxelles et Rabat.  Le360 annonce qu’il se rendra en visite de travail de trois jours à Abidjan au lendemain du sommet.

Par
Le Desk Newsroom