Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

ConflitLe Maroc engagé depuis 1 000 jours dans la guerre au Yémen

30.12.2017 à 23 H 24 • Mis à jour le 30.12.2017 à 23 H 24
Par Issam El Yadari
Le conflit au Yémen auquel participe le Maroc depuis mars 2015, a créé la pire crise humanitaire dans le monde - une crise qui a englouti tout le pays. Quelque 75% de la population yéménite a besoin d'une aide humanitaire, dont 11,3 millions d'enfants qui ne peuvent survivre sans elle, alerte un communiqué conjoint de l'OMS, du PAM et de l'UNICEF

En août 2016, Le Desk publiait un éditorial appelant à la fin de la participation du Maroc à la guerre au Yémen dans laquelle son aviation militaire est engagée depuis mars 2015 dans l’indifférence de l’opinion publique et le silence de la classe politique bâillonnée par nos intérêts économiques et sécuritaires avec le régime saoudien et les monarchies du Golfe.


A maintes reprises, l’ONU a pointé « des violations généralisées et systématiques du droit international humanitaire », impliquant les Houthis, mais aussi la coalition menée par l’Arabie saoudite comprenant le Maroc, le Bahreïn, le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis, l’Égypte, la Jordanie, et le Soudan. Certaines enquêtes ont évoqué des crimes de guerre potentiels.


Dans un communiqué conjoint le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley et le directeur exécutif de l’UNICEF, Anthony Lake, alertent sur le fait que « nous avons passé la barre sinistre de 1 000 jours de guerre au Yémen. Alors que la violence s’est intensifiée ces derniers jours, des enfants et des familles sont encore une fois tués dans des attaques et des bombardements ».


« Plus de 1 000 jours de familles chassées de leurs foyers par la violence brutale. 1 000 jours sans nourriture suffisante et eau potable. 1 000 jours d’hôpitaux bombardés et d’écoles endommagées. 1 000 jours d’enfants recrutés pour se battre. 1000 jours de maladie et de mort …  de souffrances humaines inimaginables », écrivent-ils.


Leur constat est terrible : le conflit au Yémen a créé la pire crise humanitaire dans le monde –  une crise qui a englouti tout le pays. Quelque 75 % de la population yéménite a besoin d’une aide humanitaire, dont 11,3 millions d’enfants qui ne peuvent survivre sans elle.


Au moins 60 % des Yéménites sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire et 16 millions de personnes n’ont pas accès à de l’eau potable et à un assainissement adéquat. Beaucoup d’autres n’ont pas accès aux services de santé de base. Moins de la moitié des établissements de santé du Yémen sont entièrement fonctionnels et le personnel médical a passé des mois sans que leurs salaires ne soient payés.


« Ce décompte horrible de la dévastation du conflit reflète seulement ce que nous savons. En réalité, la situation risque d’être pire. Les agences de l’ONU n’ont pas un accès humanitaire complet à certaines des communautés les plus durement touchées. Dans beaucoup, nous ne pouvons même pas évaluer leurs besoins », poursuivent-ils.


Pour eux, « le Yémen a passé le point de basculement à un déclin rapide de la crise à l’aggravation de la catastrophe ».


Ils appellent une fois de plus les parties au conflit à permettre immédiatement un accès humanitaire complet au Yémen et à arrêter les combats.


« Les familles du Yémen ne devraient pas avoir à supporter un autre jour de guerre, encore moins 1 000 », lancent-ils.

Par Issam El Yadari
Le Desk Newsroom