Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

InternationalDix morts dans des troubles de nuit en Iran

01.01.2018 à 13 H 48 • Mis à jour le 01.01.2018 à 13 H 49
Par et
Dix personnes ont été tuées dans les manifestations qui ont eu lieu dimanche en Iran, rapporte la télévision publique iranienne lundi, alors que des appels à poursuivre ce mouvement de contestation contre le pouvoir et la vie chère circulent sur les réseaux sociaux.

Des dizaines de milliers de personnes manifestent depuis jeudi dernier dans tout le pays. Il s’agit du mouvement social le plus important depuis celui de 2009 en faveur des réformes.


« Dans les événements de la nuit dernière, malheureusement, une dizaine de personnes au total ont été tuées dans plusieurs villes », déclare la télévision qui a diffusé des images des dégâts causés par les manifestations. La télévision ne donne pas d’autre précision sur ces décès.


Malgré un appel au calme lancé par le président Hassan Rohani, les messages diffusés sur les réseaux sociaux appellent les Iraniens à manifester à Téhéran, la capitale, mais également dans une cinquantaine d’autres centres urbains.


Les Iraniens, touchés par le chômage, demandent des emplois et ont du mal à accepter les interventions décidées par le pouvoir chiite en Irak et en Syrie qui s’inscrit dans le cadre d’une lutte d’influence contre l’Arabie saoudite sunnite.


Les manifestations ont commencé à Mashhad contre la hausse des prix pour s’étendre rapidement et se transformer en mouvement de protestation politique.Certains manifestants ont appelé à la démission du Guide suprême de la Révolution, l’ayatollah Ali Khamenei.


Droit à la critique reconnu par Rohani

Les manifestants expliquent qu’ils sont en colère contre la corruption et les difficultés économiques que connaît le pays. Le taux de chômage des jeunes frôle les 30 %.


Les Iraniens ont le droit à la critique, a déclaré le président Rohani, mais il a aussi fait savoir qu’il n’hésiterait pas à agir contre les manifestants. « Le gouvernement ne fera montre d’aucune tolérance pour ceux qui détériorent les biens publics, portent atteinte à l’ordre public et créent des troubles sociaux », a déclaré le président dont les propos ont été retransmis par la télévision publique.


L’agence de presse Ilna a évoqué deux décès et plusieurs blessés, dimanche à Izeh, dans le sud-ouest du pays, sur la foi du témoignage d’un parlementaire. Celui-ci, Hedayatollah Khademi, a dit ne pas savoir si les tirs émanaient des manifestants ou de la police. Une enquête est en cours, a-t-il ajouté. Mais il n’est pas possible de dire dans l’immédiat si ces deux morts sont inclus dans le total de dix donné par la télévision.


Le gouverneur de la région, Mostafa Samali, a déclaré à l’agence de presse Farsi que seule une personne avait été tuée, que l’affaire n’avait pas de lien avec les manifestations et que le tueur présumé avait été arrêté.


Le ministre israélien des Transports et des Renseignements a souhaité le succès des Iraniens dans leur « combat pour la liberté et la démocratie ». « Si le peuple parvient à la liberté et à la démocratie, une grande partie des menaces qui pèsent sur Israël et sur la région dans son ensemble disparaîtront », a déclaré Israël Katz.

Par et
Le Desk Newsroom