Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

FinanceFMI : dernière revue de la ligne de précaution et de liquidité (LPL) en faveur du Maroc

20.01.2018 à 17 H 08 • Mis à jour le 20.01.2018 à 17 H 08
Par La rédaction
Les autorités marocaines ont déclaré leur intention de continuer à traiter cette LPL, approuvée en juillet 2016 pour un montant de 3,61 milliards de dollars, comme précaution en vue de se prémunir contre les chocs extérieurs

« La ligne de précaution et de liquidité (LPL) en faveur du Maroc a permis de sauvegarder la solidité des indicateurs macroéconomique du Royaume, en constituant une assurance pour se prémunir contre les chocs externes, et en soutenant ses politiques économiques », a indiqué, vendredi, le directeur général adjoint du Fonds Monétaire internationale (FMI), Mitsuhiro Furusawa.


« Les autorités (marocaines) sont déterminées à poursuivre des politiques saines (…). Le programme économique du nouveau gouvernement s’inscrit dans le droit fil des réformes clés annoncées dans le cadre du programme appuyé par la LPL, telles que la réduction des vulnérabilités fiscales et externes, tout en renforçant les bases d’une croissance plus inclusive », a souligné, dans un communiqué, rendu public à Washington, Furusawa à l’occasion de la conclusion de la troisième et dernière revue de la performance économique du Royaume dans le cadre de la LPL.


Les autorités marocaines ont déclaré leur intention de continuer à traiter cette LPL, approuvée en juillet 2016 pour un montant de 3,61 milliards de dollars, comme précaution en vue de se prémunir contre les chocs extérieurs et soutenir les efforts en cours pour réduire les vulnérabilités budgétaires et extérieures, a rappelé Furusawa, qui est également Président par intérim du Conseil d’administration de l’institution monétaire.


Les politiques macroéconomiques saines du Maroc et la mise en œuvre des réformes ont contribué à améliorer la résilience de l’économie, s’est-t-il félicité, ajoutant que les déséquilibres extérieurs se sont rétrécis en 2017 et les réserves internationales restent à un niveau confortable.


Le directeur général adjoint du FMI a affirmé, par ailleurs, que les évolutions budgétaires ont également été positives, le déficit budgétaire ayant diminué en raison de la bonne performance des recettes et de la maîtrise des dépenses.


Pour sa part, la croissance a repris vigueur en 2017 et devrait s’accélérer progressivement à moyen-terme, sous réserve d’une amélioration des conditions extérieures et d’une mise en œuvre résolue des réformes, a fait savoir la même source.


L’accord LPL, le troisième du genre, s’étale sur une période de deux ans.


Le premier accord avec le Maroc au titre de la LPL a été approuvé en août 2012 et portait sur un montant de 6,21 milliards de dollars. Le deuxième accord de 24 mois était d’un montant de cinq milliards de dollars et a été approuvé en juillet 2014.

Par La rédaction
Le Desk Newsroom