Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

HirakL’économie du Rif sinistrée malgré les promesses de l’Etat

31.05.2018 à 14 H 19 • Mis à jour le 31.05.2018 à 22 H 03
Par
Un an après le pic des manifestations dans le Rif qui ont conduit à l'emprisonnement de centaines de personnes, la ville d’Al Hoceima et sa région souffrent toujours du marasme économique malgré les promesses de soutien de l’Etat. Le secteur privé demande des « privilèges compensatoires »

« L’économie du Rif, au nord du Maroc, ne parvient pas à sortir du sous-développement en raison du manque d’infrastructures, de l’inadéquation entre l’offre et la demande d’emplois et des différences entre les différents organes de décision nationaux et régionaux », constate l’agence espagnole EFE.


Celle-ci s’est rendue dans la région pour constater « des traces profondes encore visibles de paralysie économique, malgré les efforts de l’Etat pour investir dans la précipitation pour combler un retard historique  » suite aux manifestations qui ont secoué la région dans la première moitié de 2017 –  et conduit à l’emprisonnement de centaines de personnes.


Al Hoceima (et sa région, 400 000 habitants en tout), dispose d’un aéroport et d’un petit port de passagers sans capacité commerciale, mais n’est pas relié au réseau ferroviaire national et le vaste réseau d’autoroutes au Maroc n’y est pas arrivé.


Après les révoltes de 2017, les secteurs les plus porteurs de la région comme la pêche maritime, le commerce et le tourisme (l’industrie est quasiment inexistante) ont connu un net ralentissement, alors que des investissements tardent à se concrétiser.


Le maire d’Al Hoceima, Mohamed Boudra, regrette dans ses déclarations à EFE que l’activité touristique traverse une situation stagnante : d’abord, le tourisme domestique, qui s’est retiré de la région, comme le font tous les touristes pour cause d’instabilité


Mais, rappelle Boudra, en 2017, il y a eu également une diminution des visites de la grande communauté rifaine en provenance d’Europe, qui stimule généralement l’économie locale durant les mois d’été, en plus des transferts de fonds vitaux à de nombreuses familles tout au long de l’année.


Une absence de « privilèges compensatoires »

Le secteur de la pêche maritime souffre également, et sur plus de 40 grands bateaux ancrés traditionnellement dans le port de la ville, il y en a maintenant moins de dix en raison, entre autres, du manque de soutien de l’État.


Les hommes d’affaires locaux reprochent à l’Etat l’absence de « privilèges compensatoires » sous la forme d’exonérations fiscales ou de réductions du prix des terrains dans les zones industrielles, actuellement vendues à 350 dirhams (environ 33 euros) le mètre carré.


Toutes les chambres de commerce au Maroc (au total douze) ont récemment signé une pétition adressée au chef du gouvernement lui demandant d’accorder à la province d’Al Hoceima des privilèges fiscaux, comme il le fait pour le Sahara Occidental.


La seule mesure d’exception pour le Rif, reconnaît un inspecteur fiscal interrogé par EFE, est qu’il existe des instructions verbales pour reporter les inspections de routine aux commerçants jusqu’à ce qu’ils surmontent la « stagnation » dont ils disent souffrir depuis deux ans.


En ce qui concerne les investissements, le gouvernement a créé une nouvelle zone industrielle à Ait Kamra, à l’ouest d’Al Hoceima, ainsi que deux centres d’appels dans la même ville qui ont créé plus d’un millier d’emplois.


En outre, 1 500 autres diplômés chômeurs ont été intégrés cette année dans le système éducatif, et l’agence nationale pour l’emploi (ANAPEC) a aidé à trouver un emploi pour 681 personnes en 2017 et 253 en 2018, selon son directeur régional, Othman Lamaizi.


Ces chiffres relativement faibles sont dus, selon un responsable local qui a requis l’anonymat, au manque de coordination entre les multiples acteurs étatiques et aux rares compétences transférées dans la région.


En 2015, le gouvernement a présenté le projet Manarat al Mutawassit au roi Mohammed VI comme un plan global de développement d’Al Hoceima avec un budget total de six milliards de dirhams (plus de 500 millions d’euros).


Cependant, deux ans plus tard, les résultats étaient invisibles, et le roi Mohammed VI lui-même a réprimandé son gouvernement, montrant « sa déception, son mécontentement et son inquiétude quant à la non-exécution des projets dans les délais fixés ».


Le manque d’investissements étatiques et d’opportunités d’emplois pour la population a été précisément l’étincelle qui a déclenché les protestations sociales en 2016 et 2017, au cours desquelles les manifestants ont exigé des routes, des hôpitaux et des universités.


Le maire Boudra dit aujourd’hui qu’Al Hoceima a bénéficié de budgets d’Etat « beaucoup plus importants » que ceux qui étaient destinés aux provinces voisines telles que Taounate, Taza ou Guercif, mais il ne semble pas que son opinion soit partagée par la majorité de la population.

Par
Le Desk Newsroom