Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

ForexFlexibilité du dirham: Lahlimi toujours aussi sceptique

15.08.2018 à 22 H 03 • Mis à jour le 15.08.2018 à 22 H 03
Par et
Ahmed Lahlimi, Haut commissaire au Plan, mais aussi des banquiers et des analystes, ont déclaré à Reuters que le Maroc devait d'abord entreprendre des réformes plus larges pour rendre son économie plus compétitive. La priorité devrait être accordée à l'enseignement public, aux transferts de technologies et à l’importation de matières premières ont déclaré les mêmes sources

Le Maroc a réussi à maintenir sa monnaie stable depuis l’introduction d’un système de change plus flexible, mais des réformes plus larges sont nécessaires pour stimuler l’investissement avant de franchir une nouvelle étape dans la libéralisation, ont déclaré des banquiers à l’agence Reuters.


En janvier, le royaume a élargi la fourchette dans laquelle le dirham s’échangeait contre des devises fortes à 2,5 % de part et d’autre d’un prix de référence par rapport aux 0,3 % précédents. Le Maroc souhaitait ainsi rendre ses exportations plus compétitives et protéger ses réserves de change.


Géré contre un panier dans lequel l’euro pèse 60 % et le dollar 40 %, le dirham était stable, même si le nouveau système offre plus de marge aux investisseurs. Cela a suscité des attentes quant à l’élargissement prochain de la bande de fluctuation.


Ahmed Lahlimi, Haut commissaire au Plan, mais aussi des banquiers et des analystes, ont déclaré à Reuters que le Maroc devait d’abord entreprendre des réformes plus larges pour rendre son économie plus compétitive.


La priorité à l’enseignement et aux transferts de technologies

Ils ont déclaré que les investisseurs étrangers et l’industrie locale avaient besoin d’un meilleur système d’enseignement public pour produire une main-d’œuvre qualifiée. Des règles moins strictes sur l’importation de technologies et de matières premières sont également nécessaires, ont-ils déclaré.


« La réforme du système de change devrait être l’aboutissement d’autres réformes », a déclaré Ahmed Lahlimi. « Nous devons d’abord réformer le système éducatif, lutter contre la corruption et améliorer la gestion de l’économie », a-t-il poursuivi.


« Le gouvernement marocain doit expliquer les avantages et les risques de son nouveau système monétaire flexible, qui alimentera l’inflation », avait déjà déclaré le 17 janvier à Reuters, le Haut commissaire au Plan.


Lire aussi : Emploi, éducation, croissance : le constat alarmant de Ahmed Lahlimi

Par et
Le Desk Newsroom