Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

FinanceSaham dévoile l’organisation de son futur fonds panafricain

17.08.2018 à 14 H 24 • Mis à jour le 17.08.2018 à 14 H 24
Par Kenza Filali
Afin d’attirer des investisseurs internationaux par secteurs spécifiques, le groupe présidé par Moulay Hafid Elalamy, par ailleurs ministre de l’Industrie a créé cinq fonds dispatchés entre l’offshoring, la santé, l’éducation, l’immobilier et les médias. Le tout sera géré par une sixième entité ombrelle qui aura la charge d’harmoniser et fluidifier l’organisation de l’ensemble

Dans la foulée de l’obtention des accords d’autorisation pour procéder à la vente de son pôle Assurance au sud-africain Sanlam pour 1,05 milliard de dollars de la part de l’ACAPS au Maroc et de la trentaine de régulateurs africains, Saham a rendu publics plusieurs annonces légales portant sur des avis de scissions partielles de ses filiales. Celles-ci « s’inscrivent dans le cadre d’une organisation interne assurant la gestion opérationnelle et juridique des activités de Saham qui deviendra de facto un fonds d’investissement », indique le groupe présidé par Moulay Hafid Elalamy, par ailleurs ministre de l’Industrie.


Une spécialisation sectorielle par filialisation

Ainsi, six « acteurs de référence » ont été créées récemment par le groupe dans le cadre de cette transformation qui met en avant les impératifs de synergie et d’efficacité managériale : Saham (désormais scindée) Saham Outsourcing Services Fund (offshoring), Saham Real Estate Fund (immobilier), Saham Education Fund, Saham Healthcare Fund (Santé) et Saham Media Fund (réunissant ses participations dans le secteur de la presse).


Ces différentes entités conduiront de manière distincte leurs activités dans un souci de spécialisation permettant aux investisseurs de cibler leurs engagements. Ces acteurs seront gérées par une sixième société ombrelle, mais sans lien capitalistique avec les précédentes : Saham Management Company, chargée de l’homogénéisation de l’ensemble en véhicule d’investissement panafricain, tel qu’annoncé en mars dernier.

Par Kenza Filali
Le Desk Newsroom