Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

BanquesLa BCP négocie la reprise du réseau africain du Français BPCE

25.09.2018 à 17 H 15 • Mis à jour le 25.09.2018 à 17 H 15
Par Issam El Yadari
Le groupe français BPCE confirme son retrait total du continent. Les participations concernées par une reprise sous l’ombrelle du groupe Banque centrale populaire (BCP) sont localisées au Cameroun, à Madagascar, en République du Congo, et en Tunisie totalisant un PNB agrégé en 2017 d’environ 2 milliards de dirhams.

Le groupe Banque Centrale Populaire (BCP) annonce être entré en « négociations exclusives » avec le groupe français BPCE, celui-ci ayant retenu son offre ferme pour l’acquisition de ses participations dans quatre banques en Afrique.


La cérémonie de signature a eu lieu ce 25 septembre au siège du groupe BPCE à Paris. En présence de Mohamed Benchaaboune, nommé à l’Economie et aux Finances les accords ont été signés par Kamal Mokdad, directeur général du groupe BCP en charge de l’International, et par Laurent Mignon et Jean-Pierre Levayer , respectivement président du directoire du groupe BPCE et directeur général de BPCE International.


La maison-mère de Natixis explique dans un communiqué vouloir ainsi poursuivre le recentrage géographique de ses activités après avoir cédé en début d’année sa filiale sur l’île Maurice, la Banque des Mascareignes, ce qui permettrait au groupe BCP d’accélérer de manière significative son développement en élargissant sa couverture géographique à 17 pays en Afrique.


Elle s’inscrit dans la continuité de la vision stratégique définie pour l’International qui vise à construire « le premier groupe bancaire du continent , solidaire et à fort ancrage local ».


Elle permettrait aux banques concernées de s’adosser à un partenaire financier et industriel disposant d’une solide expérience dans le domaine bancaire, et en mesure de développer davantage leur activité.


Ce projet sera soumis aux instances représentatives du personnel du groupe BPCE en France, et sa finalisation conditionnée par l’obtention des autorisations réglementaires usuelles au Maroc et dans les différents pays de présence des banques concernées.

Par Issam El Yadari
Le Desk Newsroom