Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

MarineToyota Tsusho livrera un navire océanographique au Maroc en 2021

08.10.2018 à 01 H 47 • Mis à jour le 08.10.2018 à 01 H 52
Par Soufiane Sbiti
Toyota Tsusho Corporation, filiale du groupe Toyota, annonce avoir décroché le contrat pour satisfaire la commande de l'Institut national de recherche halieutique (INRH) qui a bénéficié en 2017 d’un prêt de la JICA pour une enveloppe de 467 millions de dirhams

En janvier 2017, l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) avait accordé au Maroc un prêt d’un montant de 5,371 milliards de yens (environ 467 millions de dirhams) prévu par l’accord APD (Aide publique au développement), signé entre les gouvernement japonais et marocain, pour la construction d’un navire océanographique et de recherche halieutique.


Selon un communiqué daté du 3 octobre, la sogo sosha (maison de commerce) Toyota Tsusho Corporation,  (groupe Toyota), annonce avoir décroché, avec l’appui de sa filiale CFAO, le contrat pour satisfaire la commande de l’Institut national de recherche halieutique (INRH) dépendant du ministère de l’agriculture et de la pêche.

.

Le bâtiment en question marquera la première utilisation de la technologie japonaise (STEP) au Maroc et sera construit par le chantier naval nippon Mitsui E&S Shipbuilding Co., Ltd. Une construction qui sera achevée en 2020 pour une livraison prévue en 2021.



Des ressources attractives pour le consommateur japonais

« Ce navire contribuera à renforcer la recherche scientifique et le développement des ressources halieutiques et aura des retombées économiques et sociales importantes », avait indiqué l’an dernier Shinichi Kitaoka, président de la JICA, dans son allocution lors de la cérémonie de signature de cet accord de prêt, ajoutant que « le Maroc a toujours regorgé de ressources halieutiques très attractives pour le consommateur japonais, notamment le poulpe, le thon et d’autres produits halieutiques ».


Selon les précisions du constructeur, le navire pourra être en mesure, en plus de ses recherches classiques, d’élaborer une évaluation de l’écosystème marin qui prend en compte l’environnement maritime et les différentes interactions entre les organismes vivants en eaux profondes.


Le Maroc s’est lancé dans un vaste programme de renforcement de ses capacités de recherches halieutiques dans le cadre du plan Halieutis.



En 2016, la marine royale marocaine passait commande d’un bâtiment hydro-océanographique chantiers français Piriou basés à Concarneau en Bretagne. Pouvant accueillir 50 personnes, « le BHO2M marocain est conçu pour réaliser de longues opérations à la mer, principalement de nature hydrographique et océanographique comme la réalisation de levés, l’acquisition et le traitement de données, les prélèvements scientifiques et les analyses associées », notait à ce propos le site spécialisé Mer &  Marine. En plus des opérations scientifiques, le bâtiment, livré en 2018, peut effectuer des missions de surveillance maritime, d’assistance humanitaire, de déploiement de forces spéciales ou de plongeurs, de sauvetage en mer ou encore de protection de l’environnement.

Par Soufiane Sbiti @sbiti_
Le Desk Newsroom