Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Capital-RisqueLe fonds SEAF Morocco investit dans le courtier digital Soscreditimmo

29.06.2019 à 16 H 18 • Mis à jour le 29.06.2019 à 18 H 26
Par Issam El Yadari
Pour son troisième investissement au Maroc, SEAF, le groupe mondial de gestion de fonds basé à Washington a investi à travers son véhicule marocain dans le développement de soscreditimmo.ma, courtier 100% en ligne de produits financiers à destination des particuliers fondé par Bachir Benslimane. Les détails

SEAF Morocco Growth Fund (SMGF), fonds d’investissement dédié aux start-ups marocaines dirigé par Meriem Zairi, vient de finaliser son 3ème investissement (après 3Dental, healthtech spécialisée dans la dentisterie digitale et eDukaty, edtech spécialisée dans les classes virtuelles), avec l’entrée au capital de soscreditimmo.ma, courtier 100 % en ligne de produits financiers à destination des particuliers. Le montant exact de cette levée de fonds n’a pas encore été précisée par les parties.


SEAF est un groupe mondial de gestion de fonds basé à Washington DC qui investit dans les PME des marchés émergents et frontières capitaux de plus d’un milliard de dollars dans 28 pays avec plus de 400 investissements et 290 cessions d’entreprises. SEAF soutient également 13 Centres pour l’Entrepreneuriat et le Développement (CEED) dans le monde entier –  y compris au Maroc –  offrant des formations, du mentorat, des réseaux professionnels et un accès mondial à des entreprises gérées par des entrepreneurs.


Une offre gratuite 100 % digitale… 

Singularité de soscreditimmo.ma, celle-ci propose une offre gratuite entièrement digitale permettant à ses clients de bénéficier d’un diagnostic financier sur mesure, des meilleures offres du marché et de suivre les différentes étapes du processus jusqu’à la contractualisation en particulier dans le crédit immobilier.


Ainsi, grâce à ce parcours client entièrement digitalisé qui permet, outre un diagnostic financier en temps quasi-réel, une segmentation de la clientèle et un paramétrage efficace de la force de vente. L’algorithme calcule la capacité d’endettement du demandeur de crédit immobilier, les taux en vigueur et les apports exigés. L’outil permet ainsi d’établir un profil financier du requérant à travers une stratégie optimale que le circuit de demande classique au guichet des banques, notamment pour les cas complexes, est bien trop souvent susceptible de refuser avec la frustration qui en découle…


Autre avantage : la start-up, qui prépare une nouvelle version de sa plateforme, s’appuie sur les dernières technologies pour impliquer tous les intervenants du processus et assurer un suivi en temps réel de l’avancement des dossiers à travers un espace client dédié. Cet accès permanent en ligne de l’avancement du dossier informe sur les délais estimés à chaque étape du traitement du dossier, de l’accord de principe au déblocage du crédit, le tout sans frais.


Une ambition de se projeter à l’international

soscreditimmo.ma a noué des partenariats avec des banques majeures qui lui ont permis de positionner une offre compétitive pour ses clients et réaliser une forte croissance sur la période 2017-2018.


Après un début de carrière dans la finance anglo-saxonne (Morgan Stanley, UBS, et EY), son fondateur, Bachir Benslimane a posé ses valises au Maroc pour fonder l’agence digitale Marshmallow, d’où son idée de capitaliser sur cette expertise pour offrir « le premier service en ligne au Maroc, gratuit et sur-mesure, d’accompagnement de personnes à la recherche de produits financiers en fonction de leurs besoins et de leur profil, en commençant par les crédits immobiliers ».

 

L’investissement du fonds SEAF Morocco, créé dans le cadre du Fonds Innov Invest géré par la Caisse Centrale de Garantie (CCG) « a pour objectif (…) de positionner la startup en tant que leader du courtage en ligne des produits financiers à la fois au Maroc et bientôt à l’international ».


En effet, soscreditimmo.ma ambitionne de planter son drapeau à l’étranger dans un an tout au plus. Les marchés français, britannique, suédois, espagnol ou allemand sont visés. Mieux, selon nos sources, la start-up marocaine réfléchit sérieusement à devenir l’expert de référence en matière de finance participative et n’écarte pas ainsi, sous une autre bannière, d’attaquer les gisements de clients à fort potentiel en Asie du Sud-Est.

Par Issam El Yadari
Le Desk Newsroom