Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

CoopérationLa France plaide pour un nouveau pacte économique avec le Maroc

31.01.2020 à 22 H 26 • Mis à jour le 31.01.2020 à 22 H 37
Par et
Le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a indiqué que ce nouveau pacte sera fondé sur quatre principaux piliers, à savoir une production décarbonée, compte tenu de l’enjeu environnemental, une simplification du dispositif de soutien aux PME, sur les nouvelles technologies et l’ouverture vers l’Afrique

Le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a souligné, vendredi à Rabat, l’intérêt de donner un nouvel élan à la coopération économique entre le Maroc et la France en mettant sur pied un nouveau pacte économique franco-marocain.


Ce nouveau pacte, qui reposera sur les bases solides de la coopération déjà existante entre les deux pays, devra être bâti en tenant compte à la fois du nouveau modèle de développement économique que le Roi Mohammed VI a souhaité mettre en place et du nouveau pacte productif français qui sera présenté par le Président de la République, a relevé Le Maire lors d’une conférence de presse.


Profitant de ces deux ambitions, ce nouveau pacte sera fondé sur quatre principaux piliers, à savoir une production décarbonée compte tenu de l’enjeu environnemental, a souligné Le Maire à l’issue de sa réunion de travail avec le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohammed Benchaaboun, et le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, Moulay Hafid Elalamy , saluant, à cet égard les engagements pris par le Maroc dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique et la transition énergétique.


Il s’agit également de simplifier le dispositif de soutien aux Petites et moyennes entreprises (PME), de façon à ce que ces entreprises restent encore plus au cœur de la coopération économique entre les deux pays, a-t-il poursuivi, insistant sur ce deuxième pilier qui met en avant les rôles économique et humain des PME. « Nous sommes très attachés à la qualité des relations humaines qui existent entre le Maroc et la France qui passent principalement par ce tissu de PME qui irrigue nos deux économies », a-t-il ajouté.


Le ministre français a fait savoir que ce nouveau pacte se basera par ailleurs sur les nouvelles technologies : « si nous voulons éviter la fuite des cerveaux il faut qu’il y ait aussi du développement des nouvelles technologies au Maroc et nous sommes prêt à ouvrir ce champ de coopération avec le pays ». Et d’ajouter que le 4ème pilier concernera l’ouverture vers l’Afrique « puisque le continent africain est un espace de développement économique exceptionnel pour le 21ème siècle ».


Le Maire n’a pas manqué, à cette occasion, de rappeler le niveau de coopération économique bilatérale, « qui est exemplaire, solide, ancrée dans le temps et concerne des secteurs qui sont absolument stratégiques pour les deux pays », émettant le souhait de voir ces secteurs stratégiques rester à la page de la coopération économique bilatérale et de continuer à mettre en place des coopérations stratégiques à haute valeur ajoutée.


Intervenant à cette occasion, Benchaaboun a fait noter que le Maroc et la France convergent vers des objectifs communs, mettant en avant l’intérêt « d’être compétitifs ensemble » grâce à un nouveau pacte nouveau qui intègre des relations bilatérales plus renforcées au niveau des PME voire des TPE qui peuvent gagner en compétitivité et en parts de marché pour s’internationaliser dans le cadre d’une approche commune mutuellement bénéfique.


Rappelant les principales thématiques évoquées par les deux parties lors de la réunion de travail, il a également mis en avant le poids de la France dans le cadre des relations entre le Maroc et l’Union européenne (UE) concernant plusieurs volets, notamment la fiscalité et les règles d’origines qui permettent aux exportations marocaines de s’ouvrir à de nouveaux horizons dans l’espace européen.


Pour sa part, Elalamy a mis en exergue l’exemplarité de la relation économique franco-marocaine, notamment dans les secteurs automobile, de l’aéronautique, de transport ferroviaire et environnemental, qualifiant cette relation de « bénéfique » pour les deux pays.


Il a également rappelé que les deux pays œuvrent conjointement pour la construction d’un avenir prometteur, à travers des stratégies complémentaires et convergentes, face aux nombreuses opportunités qui s’offrent aux économies des deux pays.

Par et
Le Desk Newsroom