Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

PolitiqueCongrès du PAM: Biadillah jette l’éponge

09.02.2020 à 11 H 41 • Mis à jour le 09.02.2020 à 11 H 48
Par
Mohamed Cheikh Biadillah s’est retiré de la course au secrétariat général du PAM qui clôture ce dimanche à El Jadida son 4ème Congrès dans l’effervescence, a appris de sources proches, Le Desk. Son entourage dénonce « des fraudes électorales massives et graves ayant entaché ce congrès » et accuse Abdellatif Ouahbi, désormais seul favori, « de manigances innommables »

Entre sa représentation sur l’échiquier politique (103 députés, 23 conseillers et 5 présidents de région) et la réalité de sa situation interne, il y a un monde. Le Parti authenticité et modernité (PAM) est de nouveau miné par les crises internes, son unité de façade ayant volé en éclats à la veille de la tenue de son conseil national le 7 février, dont l’organisation émaillée par des scènes de pugilat et autant de tensions internes, a confirmé sa totale déliquescence.


Les prétendants au poste de secrétaire général pour tourner la page désastreuse de Hakim Benchamach sont sortis un à un du bois. Sur les six déclarés, deux faisaient figure de favoris. D’un côté, Abdellatif Ouahbi, tribun coriace qui, pour s’affranchir du « cordon ombilical du Makhzen », avait fait des déclarations jugées maladroites sur la Commanderie des croyants, créant la zizanie dans les rangs du parti, de l’autre, l’austère septuagénaire Mohamed Cheikh Biadillah, qui voulait rempiler après un mandat sans relief de 2009 à 2012.


Au final, selon des sources sures contactées par Le Desk, Biadillah a jeté l’éponge ce dimanche, laissant la voie ouverte à Ouahbi.


Dans son entourage, on affirme que son retrait est justifié par « les manigances innommables de Ouahbi et les filous qui l’entourent ». « Nous dénonçons des fraudes électorales massives et graves ayant entaché ce congrès », nous affirme un de ses partisans qui se résigne à dire qu’il ne reste aux pamistes que de « faire le deuil du parti ».


Pour sa part, Fatima Zahra Mansouri devrait se présenter à la présidence du Conseil national du parti, « sur l’insistance de nombreux militants », a-t-elle déclaré à Medias24.


Le PAM devrait donc acter, sauf surprise, le sacre de Ouahbi en tant que Secrétaire général, et Mansouri au poste de présidente du Conseil national.

Par
Le Desk Newsroom