Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

DiplomatieLe Maroc, pilier africain de la politique anti-Iran de Trump

13.02.2020 à 14 H 05 • Mis à jour le 13.02.2020 à 14 H 05
Par
Washington compte sur deux pays africains, le Maroc et le Soudan, pour renforcer leur alliance contre l'Iran sur le continent, affirme « The Hill », un média américain influent, spécialisé dans l’actualité du Capitole. Celui-ci met en exergue les informations qui circulent depuis quelques semaines sur la proposition d’un accord tripartite entre les Etats-Unis, Israël et Rabat

L’administration Trump se tourne vers l’Afrique dans le but de renforcer son alliance contre l’Iran, rapporte The Hill, l’influent site d’information américain dédié à l’actualité du Capitole


Les États-Unis considèrent le Soudan et le Maroc comme des partenaires clés dans la lutte contre Téhéran, dans le cadre d’une alliance plus large entre les États-Unis et le Moyen-Orient, dirigée par les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, poursuit le média qui ajoute que l’administration Trump offre « des incitations clés aux deux pays africains pour qu’ils assouplissent leurs relations avec Israël afin de renforcer l’alliance ».



Pour le Soudan, une réunion publique sans précédent avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 3 février a été considérée comme le signal aux États-Unis de leur engagement à approfondir leurs relations avec Washington et à se défaire de leur statut d’État sponsor du terrorisme.


L’administration Trump envisagerait également de reconnaître la revendication du Maroc sur le territoire contesté du Sahara occidental en échange de la réouverture des relations avec Israël, indique la même source, relayant des informations déjà évoquées par les presses américaine et israélienne, mais jugées sans fondement par la diplomatie marocaine. Cela « pourrait aider les ambitions de Rabat à jouer un rôle plus important sur le continent africain », commente The Hill.


Ces mesures surviennent alors que l’administration n’a pas réussi à obtenir le soutien populaire des États arabes et africains pour son plan de paix tant vanté.


Les États-Unis et l’Iran sont passés à deux doigts de la guerre après l’assassinat ciblé par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani le 3 janvier, indique The Hill. Les tensions restent fortes entre Washington et Téhéran, l’administration Trump poursuivant sa campagne de sanctions économiques contre le pays en raison de son soutien aux forces de combat par procuration au Moyen-Orient, ainsi que de son programme nucléaire, rappelle le média.


Téhéran s’est engagé à lutter contre le plan de paix Trump et à soutenir les actions contre Israël de groupes militants comme le Hamas et le Jihad islamique palestinien, ainsi que le Hezbollah libanais.


L’ouverture au Maroc et au Soudan « doit être considérée comme faisant partie d’un effort global de la part de l’Arabie saoudite pour se rapprocher des Israéliens », a déclaré Jonathan Schanzer, vice-président senior pour la recherche à la Foundation for Defense of Democracies, un groupe de réflexion basé à Washington qui est très pointilleux sur l’Iran.


« Ce sont deux pays qui ne sont pas insignifiants dans la Ligue arabe qui pourraient commencer à saper la déclaration …  contestant l’atout du ‘Deal du siècle’ », a déclaré Schanzer.


Witney Schneidman, ancien sous-secrétaire d’État adjoint aux affaires africaines dans l’administration Clinton, a déclaré que « la question du Sahara occidental est une question délicate depuis un certain temps ».


En 2017, le Maroc a rejoint l’Union africaine mais a dû surmonter les objections soulevées par le Sahara occidental, estime The Hill.


« Le Maroc a pris une décision stratégique claire en considérant l’Afrique comme son futur marché et il a travaillé dur à travers le continent pour développer des relations solides », a déclaré Schneidman.


Si le Maroc et Israël ont développé des relations diplomatiques douces depuis au moins 2016 –  facilitant de multiples échanges de représentants de la culture et de l’éducation –  ils n’ont pas encore établi de liens formels en raison du conflit avec les Palestiniens.


Dimanche, des milliers de manifestants ont défilé à Rabat en agitant des drapeaux palestiniens et en critiquant les responsables gouvernementaux qui n’ont pas ouvertement condamné le plan de Trump après sa publication le mois dernier, souligne The Hill.


Schanzer a déclaré que le moment choisi pour les développements avec le Maroc et le Soudan est « remarquable et signale des changements importants dans la région, en se concentrant sur les avantages potentiels de l’ouverture des relations avec Israël plutôt que sur la solidarité avec les Palestiniens ». « La question est donc de savoir combien d’autres pays vont suivre le mouvement », s’est-il demandé…

Par
Le Desk Newsroom