Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

TransportTramway de Rabat-Salé: Extension de la ligne 2 finalisée, 273 millions de voyageurs depuis 2011

17.02.2020 à 13 H 07 • Mis à jour le 17.02.2020 à 13 H 07
Par et
Le réseau enregistre en moyenne 110.000 voyages par jour (jours ouvrables), selon des chiffres fournis par la STRS, qui fait savoir que la fréquentation samedi et dimanche se situe en moyenne à 70.000 voyages par jour et celle annuelle moyenne à 32.9 millions de voyageurs

Les travaux d’extension de la ligne 2 du réseau tramway Rabat-Salé sont finalisés et les essais et la marche à blanc sont en cours, a affirmé le Président Directeur Général de la Société du tramway de Rabat-Sale (STRS), Saïd Zarrou.


L’extension à Rabat dessert le quartier Yaacoub Al Mansour, en passant par l’avenue Essalam, sur un linéaire de 2,4 km comprenant 4 stations.


Côte Salé, l’extension qui relie les quartiers Al Qaria et Moulay Ismail, à travers l’avenue Zarbia, connaît une requalification de façade à façade et la construction d’une nouvelle zone d’activité de 60 commerces, a précisé Zarrou dans un entretien à la MAP, relevant que ces travaux ont nécessité des investissements de 1,7 milliards de dirhams.


L’extension traversant le parc Moulay Rachid, a offert l’opportunité de réaménager un vaste nouvel espace public, avec la création d’un parc urbain ouvert sur une surface de 5 hectares autour de la future station voyageurs, créant ainsi un nouveau repère urbain, se réjouit Zarrou, qui est également Directeur Général de l’agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg.


Concernant les 1,7 milliards de dirhams d’investissements, le DG de la SRTS précise que le montage financier de cette opération est construit sur un modèle de parité entre l’état marocain et des emprunts auprès de bailleurs de fonds internationaux.


« L’arrivée d’un tramway dans une ville ou un quartier est l’occasion de restructurer et de requalifier les zones traversées », a-t-il dit.


A ce titre, il cite un ensemble de travaux préparatoires nécessaires avant la réalisation du projet, tels que la déviation des réseaux sous la future plate-forme du tramway et la création de voies de déviation. Il s’agit également des travaux relatifs à la réalisation du transport en site propre, principalement la plate- forme et voie ferrée, la signalisation lumineuse de trafic, la signalisation ferroviaire, ainsi que l’aménagement des trottoirs et places et l’éclairage public.


Zarrou a souligné aussi la particularité du projet d’extension de la ligne 2 à Salé, qui réside dans la réalisation d’ouvrages connexes, tels que les dalles sur pieux pour le croisement avec la trémie de la nouvelle rocade, ainsi qu’en prévision du futur passage de la LGV sous l’avenue Zarbia.


Le DG de la STRS relève aussi l’importance de l’ouvrage d’art architecturé de type Bowstring qui a été réalisé, précisant qu’il est d’une portée de 60 mètres, d’une longueur totale de 360 mètres et dédié uniquement au Tramway et aux piétons.


Les aménagements paysagers autour du pont sont actuellement en cours de finalisation et les essais ont démarré début janvier 2020, a-t-il fait savoir.


Le Tramway de Rabat-Salé a transporté plus de 273 millions de voyageurs depuis sa mise en service en mai 2011, a indiqué la société.



Le réseau enregistre en moyenne 110.000 voyages par jour (jours ouvrables), selon des chiffres fournis à la MAP par la STRS, qui fait savoir que la fréquentation samedi et dimanche se situe en moyenne à 70.000 voyages par jour et celle annuelle moyenne à 32.9 millions de voyageurs.


Les recettes enregistrées à travers la vente des tickets unitaires sont toujours les plus importantes et représentent 73 % de la recette globale, ajoute la même source qui comptabilise 17.341 contrats d’abonnement actifs, dont 54 % des étudiants.


La société évoque une « bonne » performance financière depuis 2012, même si les systèmes de transport urbain sont de par le monde déficitaires en raison du tarif du transport urbain public qui doit rester à des niveaux socialement acceptables.


En effet, les ratios de couverture des charges d’exploitation par les recettes sont en moyenne de 94.5 % ce qui constitue « une performance » en comparaison avec le benchmark de réseaux comparables (le petit équilibre est quasi atteint ce qui est très rare dans le transport urbain), précise la même source.


La société attribue ce résultat à un réseau optimisé (tracé, dimensionnement) qui connaît une très bonne fréquentation, combinée à une bonne maîtrise des charges de l’exploitation.

Par et
Le Desk Newsroom