Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Face au Covid-19Le fils du chef d’Al Adl Wal Ihssane arrêté pour ses critiques de l’état d’urgence sanitaire ?

03.04.2020 à 13 H 34 • Mis à jour le 03.04.2020 à 13 H 37
Par
Yassir Abbadi, fils d’Ahmed Abbadi, chef spirituel de la Jamaâ Adl Wal Ihssane, a été arrêté ce 2 avril à son domicile. Il avait critiqué avec virulence sur sa page Facebook l’application de l’état d’urgence sanitaire, pointant notamment l'attitude controversée de certains agents d’autorité chargés du maintien du confinement

Arrêté ce 2 avril, Yassir Abbadi, fils du guide spirituel du mouvement Justice et Bienfaisance (Al Adl Wal Ihssane, islamiste, non autorisé, mais toléré), a été transféré au commissariat de police de Salé.


Selon une source au sein de l’organisation, le fils Abbadi devrait être poursuivi pour « dénonciation calomnieuse », ayant accusé l’Etat de « torturer, de kidnapper » et d’être « un régime de terreur ».

 

Très actif sur les réseaux sociaux, Yassir Abbadi ne lésinait pas en critiques à l’endroit de l’Etat d’urgence sanitaire. Sur son profil Facebook, il a, de manière très récurrente, attaqué les mesures prise par l’état d’urgence sanitaire en vigueur au Maroc depuis le 20 mars.


Dernière publication en date, celle accompagnant une vidéo de la mère de Nasser Zafzafi, leader du Hirak rifain condamné à 20 ans de prison, où celle-ci appelle à libérer tous les prisonniers politiques du mouvement contestataire, dont son fils.


On peut y lire, en guise de légende écrite par Yassir Abbadi, que « peu importe si Chouf TV publie des millions de vidéos tentant de faire du Makhzen un héros, la dure réalité restera toujours la même. Nous vivons sous un système dictatorial et terroriste où on kidnappe les manifestants pacifiques et qu’on jette en prison, juste parce qu’ils ont demandé des hôpitaux ».


Dans d’autres publications, il rend un vif hommage aux enseignants et médecins qui sont « en première ligne dans la lutte contre la pandémie du coronavirus, alors que l’Etat n’a eu cesse de les traiter avec terreur », écrit-il.


Mais depuis le 27 mars, la principale cible des critiques du jeune Abbadi semble être la jeune agente d’autorité, sujette déjà à controverse sur les réseaux sociaux.


Dans une vidéo largement relayée sur Internet, on la voit demander à un vieil homme de diminuer le volume sonore d’une enceinte qu’il avait placée à l’extérieur de son domicile pour diffuser le Coran.


De quoi provoquer une vague de critiques chez plusieurs internautes conservateurs, tandis que d’autres ont tenté de la défendre, justifiant le fait qu’elle agissait de droit contre une nuisance sonore au même titre qu’une autre alors que les riverains sont confinés chez eux.


Pour Yassir Abbadi, la représentante de l’autorité n’avait pas à s’adresser de la sorte à l’homme âgé. « Où est-ce que vous êtes quand le volume des musiques diffusées par les festivals laissent les gens sans sommeil, durant toute la nuit ? Est-ce que cette musique des festivals est halal et le Coran haram ? », a-t-il écrit sur sa page Facebook.


A travers un autre message, lui aussi diffusé sur Facebook, Il avait interpelé l’Etat. Photo à l’appui montrant un vendeur ambulant de légumes face à des agents d’autorité venus le contrôler (dont la femme susmentionnée), Abbadi a écrit : « Maintenant vous allez subvenir à ses besoins si vous l’empêchez de travailler ? ». Et d’ajouter en substance : « Je vois qu’ils ont trouvé dans le coronavirus le moyen d’humilier, de voler le citoyen marocain »…

Par
Le Desk Newsroom