Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Covid-19Le Maroc empêche le retour de ses ressortissants, une «exception mondiale»

11.05.2020 à 18 H 25 • Mis à jour le 11.05.2020 à 19 H 17
Par
Rabat a permis le retour de 84 449 touristes bloqués dans le royaume à bord de plus de 500 vols arrivés sans passagers suite à la fermeture des frontières décrétée le 15 mars , mais empêche le retour de 27 850 de ses citoyens répartis dans le monde. Une situation qui fait du pays une « exception mondiale », rapporte l’agence EFE

Le gouvernement marocain a facilité le retour à ce jour de 84 449 touristes qui bloqués dans le pays et ce sur 532 vols de rapatriement dédiés, ont indiqué des sources diplomatiques à EFE, mais en même temps, il empêche le retour de 27 850 de ses citoyens répartis dans le monde.


L’explication fournie par les autorités est liée à des mesures strictes de protection sanitaire, qui ont permis au Maroc d’avoir un faible nombre de coronavirus jusqu’à aujourd’hui : 6 281 infections et 188 décès, avec une courbe de croissance très lente.


Le 15 mars, le Maroc a fermé son espace aérien pour les vols commerciaux internationaux, à la fois pour le départ et pour l’arrivée, et la mesure a surpris des dizaines de milliers de personnes en voyage touristique, en famille ou en voyage d’affaires.


Discrètement, le pays a lancé un système de vols de rapatriement à l’étranger à partir de seulement deux aéroports (Casablanca et Marrakech), que le gouvernement n’a jamais rendu public pour éviter « l’effet d’appel » et la foule dans les aéroports.


Le 22 mars, le Maroc a annoncé la fin de ce « dispositif spécial », mais la réalité est que les avions ont continué à partir à un rythme soutenu : selon des sources à l’aéroport de Casablanca, les vols, malgré leur caractère exceptionnel, partent « pratiquement tous les jours », et parfois deux ou plusieurs par jour, comme le 7 mai dernier, lorsqu’un avion a décollé pour Madrid et un autre pour Bruxelles.


Les touristes attendent d'être rapatriés dans leur pays depuis l'aéroport de Marrakech,YOUSSEF BOUDLAL / REUTERS)


Selon le décompte effectué par EFE auprès des différentes ambassades à Rabat -certaines avec des informations disponibles sur leurs réseaux sociaux-, le pays qui a organisé le plus de vols est la France, avec au moins 160 appareils Air France qui ont permis à environ 29 000 Français de retourner chez eux.


L’ambassade du Royaume-Uni a affrété 55 avions qui ont transporté 9000 personnes, dont 80 % de Britanniques, bien qu’ils comprenaient également des Australiens et des citoyens de pays sans connexion directe avec le Maroc, ont expliqué des sources diplomatiques à EFE.


De leur côté, les États-Unis ont affrété treize avions pour transporter 2000 citoyens, tandis que le Canada en a organisé trois autres pour transporter 1300 –  plus 950 autres Canadiens qui se sont envolés vers d’autres destinations avant d’arriver dans leur pays –  et les Pays-Bas ont fait de même avec trois autres transportant 900 passagers.


Les autres pays dont les ambassades ont affrété des avions sont la Russie (pour transférer 463 personnes), le Koweït (400 personnes), l’Espagne (360), la Turquie (277), le Brésil (203), la Tunisie (157) l’Égypte (98), les Émirats arabes unis. (57) et le Qatar (80 voyageurs), en plus de l’Allemagne et de la Belgique, qui n’ont pas fourni leurs données.


Tous ces vols ont été négociés un à un avec le ministère marocain des Affaires étrangères, ce qui a fait de la condition que ces « vols humanitaires » arrivent vides au Maroc par précaution sanitaire.


Il y a également eu deux départs spéciaux de ferries du port de Tanger Med vers les ports de Sète (France) et de Gênes (Italie) tandis que les frontières avec Ceuta et Melilla ont également été ouvertes exceptionnellement dans les derniers jours de mars permettant ainsi le départ 9 500 Espagnols et plusieurs dizaines d’autres nationalités.


Le ministère des Affaires étrangères a été « favorable » au cas des nationalités sans liaisons directes avec le Maroc, et a donc autorisé certains vols à inclure des passagers de pays voisins ou alliés, tels que les Britanniques (qui ont transporté des Australiens), les Canadiens (qui ont emmené des Mexicains), des Brésiliens (qui ont emmené des citoyens du Mercosur) ou des Russes, qui ont également transporté des voyageurs d’autres nationalités.


Plus problématique a été le cas des Marocains vivant à l’étranger qui visitaient leur pays d’origine et tentaient de rentrer chez eux : dans les premières semaines, les ambassades donnaient généralement la priorité aux ressortissants de chaque pays, avec l’argument selon lequel une personne d’origine marocaine a plus de liens qu’un touriste et peut donc rester avec sa famille.


Par la suite, les vols ont également admis des résidents dans chaque pays, avec des critères urgents tels que le regroupement familial, le suivi de traitements médicaux complexes ou le risque de perte d’emploi.


Cette semaine, les « vols humanitaires » se poursuivront et des décollages sont déjà programmés pour la France, la Belgique et la Thaïlande.


Le calvaire des Marocains piégés à l’étranger

Alors que le ministère marocain des Affaires étrangères a offert toute la coopération nécessaire pour organiser ces vols, il a maintenu une position stricte avec ses propres ressortissants qui ont été surpris par la fermeture de la frontière loin de chez eux, du Mexique à la Russie.



Il y a des Marocains bloqués en Ukraine, en République dominicaine, au Sénégal, en Turquie, en Espagne ou aux États-Unis, et leur décompte semble en constante augmentation : si le 23 avril le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita a reconnu devant le Parlement qu’il y avait 22 500 cas, Le chef du gouvernement Saâdeddine El Otmani a relevé ce chiffre la semaine dernière à 27 850.


Les ambassades marocaines à l’étranger ont aidé certaines personnes les plus vulnérables en payant un logement ou des repas, parfois en espèces, ce qui n’a pas calmé les esprits des personnes concernées, qui prétendent simplement pouvoir rentrer dans leur pays, même si elles devraient subir une période de quarantaine.



Ces personnes ont formé des groupes WhatsApp, créé des pages Facebook et enregistré une vidéo émotionnelle sur YouTube intitulée « Les oubliés du Maroc » dans laquelle les étudiants, les mères de bébés ou les malades regrettent que leur pays ait pris une mesure aussi drastique avec leur citoyens lorsque des rapatriements ont été effectués de partout dans le monde.



Ce groupe a appelé à manifester aujourd’hui devant les consulats marocains. Les participants à cette manifestation ont partagé des photos de ces actions devant les consulats d’Istanbul, d’Algésiras, d’Alger ou de Paris, une ville où les manifestants ont été condamnés à une amende de 135 euros chacun pour avoir bravé le confinement, comme l’un des participants a déclaré à EFE.


Des pays arabes comme la Tunisie, l’Egypte, l’Algérie ou le Liban, en plus des monarchies pétrolières du Golfe, ont mené des opérations de rapatriement, c’est pourquoi le Maroc est devenu une sorte d’exception mondiale.

Par
Le Desk Newsroom