Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

EconomieLe Maroc lève 3 milliards de dollars sur le marché financier international

09.12.2020 à 11 H 59 • Mis à jour le 09.12.2020 à 12 H 21
Par
La 1ère tranche d'une maturité de 7 ans, portant sur un montant de 750 millions de dollars (M$), a été émise à un spread de 175 points de base (pb) et un prix de 99,763% offrant ainsi un taux de rendement de 2,412% et servant un coupon de 2,375%, précise le ministère de l'Economie dans un communiqué. Le Maroc a été accompagné par Barclays, BNP Paribas, JP Morgan et Natixis

Le Maroc a émis, le 8 décembre 2020, avec succès un emprunt obligataire sur le marché financier international (MFI) d’un montant global de 3 milliards de dollars (Md $) en trois tranches, a annoncé, mercredi, le ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration. L’Etat a été accompagné par Barclays, BNP Paribas, JP Morgan et Natixis.


La 1ère tranche d’une maturité de 7 ans, portant sur un montant de 750 millions de dollars (M $), a été émise à un spread de 175 points de base (pb) et un prix de 99,763 % offrant ainsi un taux de rendement de 2,412 % et servant un coupon de 2,375 %, précise le ministère dans un communiqué.


D’une maturité de 12 ans, la 2ème tranche, qui porte sur un montant de 1 Md $, a été émise à un spread de 200 pb et un prix de 99,570 %, soit un taux de rendement de 3,043 % et un coupon de 3 %, tandis que la 3ème tranche, d’une maturité de 30 ans et une somme de 1,25 Md $, a été émise à un spread de 261 pb avec un prix de 100 %, permettant un taux de rendement de 4 % et un coupon de 4 %, fait savoir la même source.


Cette émission, qui a marqué le retour du Maroc sur le compartiment du dollar après une absence de 7 ans, a connu un franc succès auprès d’investisseurs internationaux dont 478 ont été servis, souligne le ministère, indiquant que le livre d’ordre a dépassé les 13 Md $ et l’émission a été ainsi sursouscrite à plus de 4 fois.


Cette émission a permis, en effet, de renouer le contact avec les investisseurs américains, diversifier les sources de financement et établir de nouvelles références sur la courbe du crédit du Maroc.


Placée auprès des investisseurs de qualité notamment les gestionnaires de fonds, les compagnies d’assurance et les fonds de pension, elle a reçu un accueil favorable traduit notamment par une large distribution géographique notamment les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Europe, l’Asie et le Moyen-Orient.


Ladite émission fait suite à un NetRoadshow mené par le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, et les équipes de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE) auprès de la communauté des investisseurs internationaux.


Ce NetRoadshow a permis de mettre en exergue « la stabilité politique dont jouit le Royaume et la résilience de son cadre macroéconomique, ainsi que la portée des réformes menées sous la conduite du Roi Mohammed VI, mettant le Maroc sur le sentier du développement pérenne et de construction d’un Etat de Droit, démocratique, moderne et ouvert sur le monde », poursuit le communiqué.


Il a constitué également l’occasion de faire part aux investisseurs des mesures économiques et sociales prises par le Maroc pour limiter l’impact des effets de la crise sanitaire et impulser la relance de l’économie marocaine.


Cette émission a été réalisée sous format 144A/RegS afin de permettre une large participation des investisseurs à travers le monde, conclut le ministère.


Pour rappel, le Maroc avait émis en novembre 2019 un emprunt obligataire sur le marché financier international pour un montant de 1 milliard d’euros, assorti d’une maturité de 12 ans et d’un spread de 139,7 pb, soit un taux d’intérêt de 1,5 %.


En septembre dernier, le royaume avait effectué une émission de 1 milliard d’euros et une autre de 1 milliard de dollars, chacune avec une maturité d’au moins cinq ans.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom