logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

États-UnisLe FBI a acheté et testé le logiciel espion israélien Pegasus en 2019

29.01.2022 à 17 H 45 • Mis à jour le 30.01.2022 à 18 H 45
Par
Le FBI a acheté et testé en 2019 le logiciel espion phare du groupe israélien NSO, Pegasus, pour l'utiliser à des fins de surveillance sur le territoire américain, révèle une enquête du New York Times Magazine. La police fédérale américaine avait signé un premier contrat avec NSO Group, abandonné après les révélations sur son usage à l'international

Une enquête menée par Ronen Bergman et Mark Mazzetti, tous deux journalistes du New York Times Magazine, a révélé qu’à partir de 2019, le FBI avait versé des millions à NSO alors que le bureau envisageait de déployer l’outil de surveillance Pegasus aux États-Unis.


Le groupe NSO, qui a été sanctionné par le département américain du Commerce en novembre 2021, a fourni son logiciel espion au FBI, qui a testé le logiciel pendant des années avec l’intention de l’utiliser pour la surveillance nationale, jusqu’à ce que l’agence ait finalement décidé de ne pas déployer Pegasus, selon la même source.


L’enquête d’un an menée par Bergman et Mazzetti avance également qu’un groupe d’ingénieurs informaticiens israéliens est arrivé dans un bâtiment du New Jersey utilisé par le FBI en juin 2019 et a commencé à tester son équipement. L’enquête affirme que le FBI a alors acheté une version de Pegasus, le premier outil d’espionnage de NSO.



Dans le cadre de leur formation sur l’outil, les employés du bureau ont acheté de nouveaux smartphones, avec des cartes SIM d’autres pays. Cette version de Pegasus que le FBI a achetée était sans clic, c’est-à-dire qu’elle n’obligeait pas les utilisateurs à cliquer sur une pièce jointe ou un lien malveillant –  de sorte que les utilisateurs des téléphones de surveillance américains ne pouvaient voir aucune preuve d’une violation en cours.


Une solution plus puissante nommée Phantom

Le New York Times Magazine indique en outre que NSO avait proposé au FBI une solution de contournement et fait la démonstration d’un nouveau système, appelé Phantom, lors d’une présentation aux responsables à Washington. Le dernier système pourrait pirater n’importe quel numéro aux États-Unis que le FBI a décidé de cibler.


L’enquête ajoute qu’Israël a accordé une licence spéciale à NSO qui a permis à son système Phantom d’attaquer les numéros américains qui n’a été autorisée que pour un seul type de client : les agences gouvernementales américaines. Auparavant, Pegasus n’avait pas été autorisé par le gouvernement israélien à cibler des téléphones aux États-Unis


En janvier 2021, NSO prévoyait une cotation publique avec une valorisation potentielle de 2 milliards de dollars. Le quotidien Haaretz rapporte que NSO est en pourparlers pour vendre ses actifs à la société de capital-risque américaine Integrity Partners afin de créer une société appelée Integrity Labs qui acquerrait le contrôle de NSO après une injection de 300 millions de dollars. Et cette semaine, le président du groupe NSO, Asher Levi, a déclaré qu’il quittait NSO, cependant, il a déclaré à Haaretz que c’était pour d’autres raisons que le flux continu de révélations sur l’utilisation abusive de Pegasus.


En novembre, le ministère de la Défense israélien a réduit de 102 à 37 la liste officielle des pays vers lesquels les cyberlogiciels espions des entreprises israéliennes pourraient être exportés, soit deux tiers du marché d’exportation des outils de surveillance. La dernière liste interdit aux sociétés de cyberlogiciels espions en Israël de faire des affaires avec certains pays qui étaient listés comme clients, comme le Maroc, le Mexique, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.


Une révélation récente du site Calcalist qui a eu un impact sur l’opinion publique israélienne concerne les allégations selon lesquelles la police de l’Etat hébreu aurait utilisé le logiciel espion Pegasus sur ses propres citoyens, avec des cibles signalées, notamment des maires locaux et des manifestants qui ont critiqué l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, et aurait procédé à des écoutes téléphoniques sans mandat.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom