logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

EnergieLes Etats-Unis ont évincé l’Algérie comme premier fournisseur de gaz à l’Espagne

13.03.2022 à 12 H 37 • Mis à jour le 13.03.2022 à 12 H 37 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Selon les données statistiques de l'opérateur du système gazier espagnol, Enagas, au cours des deux premiers mois de 2022, le gaz américain a représenté 32,9 % du total importé par l’Espagne, contre 23,2 % achetés à l’Algérie. En cause, la fermeture du gazoduc GME passant par le Maroc

Les États-Unis peuvent devenir « en peu de temps » le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL) et dépasser ainsi le Qatar et l'Australie, selon l'avis du docteur en économie de l'Université Complutense de Madrid et expert en transition énergétique Diego Rodriguez, cité par la presse espagnole.


Dans une vidéo informative sur le marché du gaz et dans le contexte de hausse des prix des matières premières énergétiques, ce chercheur appartenant également à la Fondation pour les études économiques appliquées (Fedea) explique qu'il y a à peine 20 pays dans le monde qui disposent de gaz naturel et, en même temps, de l'infrastructure nécessaire pour le liquéfier.


Ainsi, les Etats-Unis sont déjà devenus le premier fournisseur de gaz naturel de l'Espagne, étant donné qu'en janvier et en février, ils étaient le principal exportateur de cette ressource vers l'Espagne, selon les données du bulletin statistique de l'opérateur du système gazier espagnol, Enagas. Au cours des deux premiers mois de 2022, les États-Unis ont évincé l'Algérie et le gaz américain a représenté 32,9 % du total importé par l’Espagne, contre 23,2 % achetés à l’Algérie.


La fermeture du GME, qui traverse le Maroc, en cause

Selon Rodríguez, l'une des raisons essentielles de cette situation est la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe (GME) prise unilatéralement par l'Algérie contre le Maroc. Ainsi, pour atténuer la diminution du gaz qui arrive par ce gazoduc, l'Espagne a augmenté la quantité de GNL qu'elle acquiert sur les marchés internationaux et qui est acheminée par méthaniers vers ses usines de regazéification. Par ailleurs, le gaz algérien arrivant en Espagne via le gazoduc trans-méditerranéen Medgaz a très tôt été l’objet de coupures, ce qui a démenti les capacités d’approvisionnement promises par Alger à Madrid.


L'expert souligne que si avant la fermeture de cette infrastructure la quantité de gaz qui arrivait par tube et la quantité qui était achetée liquéfiée se partageait pratiquement à parts égales, il estime actuellement que le GNL a gagné en part et se situe autour de 60 % des importations.


En fait, souligne-t-il, l'un des principaux avantages de l'Espagne en matière de gaz est qu'elle possède six des vingt usines de regazéification en Europe. Cependant, sa capacité de stockage est inférieure à celle d'autres pays du continent qui dépendent davantage du gaz, comme l'Allemagne. Malgré cette capacité, l'un des freins à l'approvisionnement du reste du continent en gaz regazéifié en Espagne, est la nécessité de renforcer les interconnexions avec la France pour que cette ressource puisse également être acheminée vers l'Europe centrale et septentrionale.


En février 2022, le poids des importations par l'Espagne de gaz naturel en provenance de Russie ne représentait que 5,7 % de ses approvisionnements.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom