logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

JusticeRussie-Ukraine: le procès du « combattant » marocain s’est ouvert ce mercredi

08.06.2022 à 16 H 16 • Mis à jour le 08.06.2022 à 16 H 16
Par
Le procès des « mercenaires » du Donbass, arrêtés à Marioupol, a débuté ce mercredi. Sur le banc des accusés on retrouve le Marocain Brahim Saadoun aux côtés des Britanniques, Aiden Aslin et Shaun Pinner. Aucun des témoins devant comparaître contre eux ne s'est présenté à l'audience. Les détails

Le procès de Brahim Saadoun, le Marocain arrêté par les Russes à Marioupol pour avoir combattu aux côtés des Ukrainiens dans le conflit qui fait ravage entre les deux pays, a commencé ce mercredi, rapporte le média américain Daily Beast.


Aux côtés des Britanniques Aiden Aslin, qualifié « d’espion » par le Kremlin, et Shaun Pinner, le Marocain risque la peine de mort.



Peine capitale pour les « mercenaires » ?

Comme nous le soulignions, la peine de mort n’est pas une possibilité à écarter. En effet, « compte tenu du temps de guerre, les accusés peuvent être passibles de la peine capitale- la peine de mort », avait déclaré Viktor Gavrilov, représentant du bureau du procureur général de la République Populaire de Donetsk (RPD), à l’agence de presse russe Interfax.


Gavrilov n’est pas le seul à avoir annoncé la possibilité d’une peine aussi stricte. Certains affirment même qu’il n’y a pas d’autres issues possibles que la peine capital, à l’instar du procureur général de la RPD, Andriy Spivak, qui a déclaré qu’au début du mois de mai, « un certain nombre de militaires ukrainiens, dont six citoyens de pays étrangers », ont été capturés, ajoutant que les étrangers « risquent la peine de mort ».


Quatre de ces étrangers ont fait l’objet d’une enquête pour le moment. Malgré le fait que trois d’entre eux disent être officiellement enrôlés dans l’armée ukrainienne avant même le commencement de la guerre, cela n’empêche pas les représentants de la RPD de les qualifier de « mercenaires ».


Pour la Russie, aucune preuve ne montre qu’ils ont effectivement rejoint les forces ukrainiennes. Si leur engagement dans l’armée ukrainienne s’avère devant la Cour Suprême de la RPD, la peine capitale ne sera plus requise. Dans sa définition même, un mercenaire est un soldat qui agit pour un gouvernement étranger et n’est motivé que par l’appât du gain.


Le ministère russe de la Défense a refusé de les reconnaître comme étant des « combattants de guerre », affirmant dans ce sens qu’ils ne sont donc pas protégés par le droit international.


Dans les premières déclarations recueillies par la défense de Saadoun, il affirme avoir servi dans la 36ème brigade du Corps des Marines après avoir signé un contrat de trois ans avec les Forces armées ukrainiennes en décembre 2021. La peine de mort pourra donc être évitée si les combattants réussissent à prouver qu’ils font officiellement partie de l’armée ukrainienne.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom