logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

PharmaceutiqueAu Maroc, la production de cannabis thérapeutique démarre dans trois mois

13.11.2022 à 00 H 31 • Mis à jour le 13.11.2022 à 10 H 14 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
A la Pharmacademy du laboratoire Pharma 5 à Bouskoura, la 3ème phase de formation aux usages médicinaux et thérapeutiques du cannabis a été lancée ce samedi. Des cours seront dispensés par des experts et médecins américains et israéliens au profit de médecins, pharmaciens et infirmiers

La 3ème phase du programme de formation Kif Takwine et sur les usages médicinaux et thérapeutiques du cannabis au profit des médecins, pharmaciens infirmiers, a été lancée samedi au siège du Pharmacademy à Bouskoura, sous le thème « cannabis médical, de la plante à la place thérapeutique ».


Organisée par l'Association marocaine consultative d’utilisation du cannabis (AMCUC), en partenariat avec Pharma 5, un des trois laboratoires pharmaceutiques ayant obtenu une licence d’exploitation du cannabis, cette journée de formation permettra à 20 médecins et pharmaciens d’acquérir des connaissances sur les usages médicinaux et thérapeutiques du cannabis.


Cette troisième phase du programme de formation a pour objectif de tirer profit des expériences mondiales réussies en matière d'usage médical du cannabis dans le système de soins et de les mettre à la disposition des patients à travers des prescriptions médicales délivrées par des médecins ou pharmaciens, en précisant les voies permettant le suivi des patients, à même de renforcer les capacités des professionnels de la santé.


Cannabis légal au Maroc. Infographie: Mohamed Mhannaoui / Le Desk


Le président d’AMCUC, Pr Redouane Rabii, qui a animé les ateliers « Pourquoi le cannabis médical » et « Indications thérapeutiques validées des dérives cannabinoides » a indiqué que le ministère de l’intérieur, l’Agence marocaine de régulation du cannabis et le ministère de la santé déploient beaucoup d’efforts pour la mise en place de ce programme de formation.


Une préparation de terrain avant la production

« Dans trois mois, nous aurons au Maroc la première production de cannabis thérapeutique, et pour cela il faut une préparation du terrain avec des formations des acteurs de la santé (médecins, infirmiers et pharmaciens) », a-t-il poursuivi.


Le cannabis n’est pas une plante que l’on connait, il faut connaître ses effets secondaires, ses constituants, ses dosages et surtout les indications validées actuellement par la science, a-t-il relevé.


« Variété des plantes cannabis, histoire de la Beldiya, trésor du Maroc  », autre thème focal de cette journée a été animé par Mia Lahlou Filali, directrice générale du groupe Pharma 5. « Les aspects réglementaires du cannabis médical au Maroc », ont été présentés par Pr. Ahmed Labied, senior consultant, tandis que « les dérivés cannabinoides (CBD &THC), pharmacopée » ont été abordés par le Pr. Abdelmoumen Mahly.


Cannabis légal au Maroc. Infographie: Mohamed Mhannaoui / Le Desk


Par ailleurs, une visite du site comprenant la Smart Factory, les laboratoires de contrôle et de développement, ainsi que la Supply Chain a été conduite par l’encadrement de Pharma 5.


Durant cette troisième phase, les participants à cette formation bénéficieront de plusieurs cours dispensés par des experts et médecins internationaux venant des Etats-Unis et d'Israël, deux pays jouissant d'une grande expertise dans le domaine du renforcement de l'industrie médicale sur le cannabis.


L'AMCUC a signé plusieurs partenariats avec des universités nationales et internationales, des laboratoires, des acteurs dans le secteur de l'industrie médicale, des centres de recherche et des organismes internationaux pour tracer un programme de formation globale couvrant tous les domaines industriels en lien avec le cannabis, notamment ceux visant la fabrication des médicaments.

post - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom