logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

InterviewAït Ben Idir : « Ce qu’il manque vraiment à cette équipe, c’est un grand attaquant »

24.11.2022 à 22 H 42 • Mis à jour le 24.11.2022 à 22 H 46 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Ancien international marocain, passé notamment par Le Havre et le Wydad de Casablanca, Jamel Aït Ben Idir revient sur le match Maroc-Croatie, et particulièrement le fait de prétendre à plus. Ou pas

24 heures après la fin du match Maroc-Croatie, pensez-vous, à froid, qu'on l'on méritait plus que ce match nul ?

Avec du recul c'est un bon point de pris. On a vu les surprises sur les matchs Arabie Saoudite-Argentine et Japon-Allemagne. Du coup, ce point contre la Croatie, il fait du bien au moral. N’oublions pas que Bounou a réalisé beaucoup d'arrêts décisifs. Le Maroc a été plus tranchant défensivement qu'offensivement. Les Croates n'ont pas été si dangereux que ça, mais, objectivement, on ne méritait pas de gagner. Si au début du match on nous avait dit qu'on prendrait un nul contre les vice-champions du monde, on aurait pris. Je pense que, quelque part, la victoire de l’Arabie Saoudite a mis un coup de pression sur les Croates qui ne se sont pas lâchés défensivement. Ils ont dû beaucoup gérer leurs efforts et leur match dans sa globalité. Ils se replaçaient vite et bien. Tu sentais qu'ils avaient beaucoup joué la sécurité. Finalement, gagner aurait été un exploit pour le Maroc. Les forces intrinsèques étaient déséquilibrées en faveur des Croates. Objectivement, ce point du nul est un très bon résultat. On aurait pu avoir la même physionomie de match et perdre sur un coup de pied arrêté et à l’arrivée, ça nous aurait fait 0 point.


Où a-t-on failli ? Qu'aurait fallu faire pour forcer la différence et aller chercher les 3 points ?

Nous avons eu de gros problèmes de transition. On a souvent fait les mauvais choix. Nous étions trop brouillons. Nous aurions, par exemple, dû être plus juste à la récupération du ballon puis dans la relance. On a failli sur les déplacements dès la récupération dudit ballon. Certains joueurs ont été en dessous. Ounahi n'a pas été bon du tout. C’est le genre de joueur qui ne va briller que quand il a le ballon. Et qu’il doit créer le danger devant. Contre la Croatie, il a été trop défensif et s'est perdu physiquement. Il a, petit à petit, perdu de sa fraicheur. Amellah, quant à lui, a un meilleur volume, mais il a été aussi beaucoup trop brouillon. On voit clairement qu'il manque du rythme, car comme Ziyech il a peu joué ces dernières semaines. Avec le recul, Amine Harit aurait fait beaucoup de bien sur les 25 dernières minutes d'un match pareil. Sa percussion et sa capacité à percer les lignes auraient été précieuses.


A-t-on un effectif de qualité suffisante pour sortir de ce groupe ?

Au vu des deux matchs du groupe (Croatie-Maroc et Belgique-Canada, ndlr), je dirais qu’on les moyens de sortir de ce groupe si on est plus efficace offensivement. La Belgique est prenable et le Canada, tu le joues en dernier. Il peut arriver démotivé s’il perd avant contre la Croatie. On a un bel effectif, le gardien est top, les latéraux de classe mondiale, un milieu cohérent, des ailiers bons quand ils sont en forme. Ce qu'il manque vraiment à cette équipe, c'est un grand attaquant, que l'équipe adverse va craindre. Il nous manque aussi une belle profondeur de banc. Zelzouli est un bon jeune joueur, mais il fait une mauvaise entrée. Même Hamed-Allah n'a pas le volume de jeu nécessaire, comme peut l'avoir Ennsiry, par exemple. Regragui aime bien ce genre de joueur. Personnellement, vers la fin, j'aurais enlevé un milieu et tenté le duo Ennsiry/Hamed-Allah.

post - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom