S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Maroc-UERachid Talbi Alami adresse une lettre à son homologue européenne, Roberta Metsola

27.01.2023 à 10 H 23 • Mis à jour le 27.01.2023 à 17 H 42 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
En réaction à l’adoption le 19 janvier par le parlement européen d’une résolution critique envers le Maroc et suite à son rejet en bloc par les élus de la Nation réunis en session conjointe plénière des deux Chambres du Parlement le 23 janvier, le président de la Chambre des représentants a adressé une correspondance à la présidente de l'Europarlement dont Le Desk a obtenu copie auprès d'une source au Parlement de l'UE

« C’est (…) la déception, la consternation et le regret profonds qui dominent au lendemain de la résolution adaptée par le Parlement européen, le 19 janvier 2023, et qui est difficilement qualifiable autrement que sous les termes de l’offense au Maroc », a écrit Rachid Talbi Alami, président de la Chambre des représentants à son homologue européenne, Roberta Metsola dans une correspondance dont Le Desk a obtenu copie auprès d’une source à l’Europarlement.


Dans sa lettre transmise à l’issue de la session conjointe plénière des deux Chambres du Parlement le 23 janvier destinée à donner la réplique à l’adoption le 19 janvier par le parlement européen d’une résolution sur le cas de journalistes condamnés au Maroc dans diverses affaires de droit commun, Talbi Alami qui dit s’exprimer « avec la franchise d’un partenaire qui a toujours été loyal au partenariat » entre les deux institutions affirme que « cette résolution est un concentré d’allégations et d’invectives, qui touchent la souveraineté du Maroc, la dignité de son Parlement, l’intégrité de sa justice et les sentiments de son peuple ».


Intégralité de la lettre transmise par Rachid Talbi Alami à son homologue du Parlement européen. Document Le Desk

 

Le président de la Chambre des représentants ne manque pas de souligner que les deux Chambres du Parlement spécialement réunies « ont incarné un consensus national sans faille, autour du rejet en bloc de cette résolution attentatoire et partiale ». Et de signifier à Metsola que « l’ensemble des groupes composant les deux Chambres du parlement (…) ont dénoncé, au nom de leurs électeurs et leurs formations politiques et syndicales respectives, les assertions infondées, les jugements de valeurs iniques et les tentatives inacceptables de pression sur le Maroc souverain et sa justice indépendante, qui ressortent des termes de la résolution et des déclarations malvenues exprimées au sein de votre hémicycle ».


« Dans leurs expressions, différentes mais cohérentes, les élus de la Nation ont dénoncé en cette résolution, une dérive sur les fondamentaux d’un partenariat qui était – et doit rester – basé sur la confiance et le respect mutuel », poursuit Talbi Alami, qui ajoute que tous les élus, y ont « décelé un glissement derrière l’agenda anachronique de certains acteurs, qui sans scrupule, ont importé des enjeux bilatéraux pour contaminer un cadre d’action parlementaire commun, dans le seul but de compromettre les acquis du Maroc et de jeter le discrédit sur son engagement démocratique, qui est irréversible ».


Dans sa missive, Rachid Talbi Alami évoque l’histoire des relations entre les parlements marocain et européen, qui dit-il « nous apprend que la confiance, l’ouverture et le dialogue – fut-il franc du moment qu’il se déploie dans le respect réciproque -, sont consubstantiels à la coopération mutuellement bénéfique, qu’elle soit bilatérale, euro-méditerranéenne ou inter-continentale ». « Cette confiance ait été touchée par l’esprit et la lettre de votre résolution du 19 janvier 2023 », regrette néanmoins le président de la Chambre des représentants « au moins autant que les vertus essentielles du dialogue, de l’ouverture et du respect qui ont été sacrifiées sur l’autel d’un acharnement revanchard et nuisible aux intérêts communs du Maroc et de l’UE ».


 « Aussi, les deux Chambres du Parlement marocain nous ont confié la charge de vous transmettre notre profonde préoccupation quant au caractère préjudiciable de ces développements malheureux et dommageables pour le dialogue et la coopération entre nos deux institutions, dont la tradition et les canaux institutionnels – en particulier la Commission parlementaire mixte – ont été contournés et vidés de leur substance et finalité », conclut Rachid Talbi Alami.

post - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom