S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Coopération Le Royaume-Uni projette de signer avec le Maroc un accord inédit dès 2024

26.12.2023 à 18 H 41 • Mis à jour le 27.12.2023 à 11 H 03 • Temps de lecture : 5 minutes
Par
Londres et Rabat préparent un accord couvrant à la fois le volet commercial et sécuritaire, devant entrer en vigueur dès 2024. Le Maroc est perçu du côté des Britanniques comme un tremplin vers l’Afrique

Le rapprochement entre le Maroc et le Royaume-Uni se poursuit, alors que ce dernier envisage un important accord commercial et sécuritaire post-Brexit avec le Maroc. Cet accord, soutenu par l’ancien premier ministre britannique Boris Johnson et qui devrait commencer à se concrétiser dès 2024, pourrait ouvrir d'énormes opportunités sur l'ensemble du continent africain pour le Royaume-Uni.


Selon la presse britannique, la conclusion de cet accord constituerait « une autre victoire post-Brexit  » pour le Royaume-Uni, comme l’a souligné l'ancien premier ministre qui a estimé que le doublement des échanges avec le Maroc depuis le Brexit, même avant la signature d'un nouvel accord commercial avancé, est un exemple des avantages de quitter l'Union européenne.


« Des perspectives prometteuses »

La volonté de cultiver un tel partenariat est réciproque. Selon les mêmes sources, le royaume serait déjà en contact avec le Département du commerce et des affaires (DBT) britannique. Et le Maroc se présente comme un partenaire commercial africain idéal pour le Royaume-Uni post-Brexit, car « c'est l'un des pays les plus stables de la région et, en tant que monarchie sous le règne de son actuel roi Mohammed VI, présente des similitudes avec le Royaume-Uni ».


C’est ce qu’avait d’ailleurs confirmé l’ambassadeur du royaume à Londres Hakim Hajoui, qui exposait lors d’un entretien accordé au Daily Express les atouts du pays. Alors que le Maroc fournit de plus en plus au marché britannique ses besoins en produits agricoles et que les exportations marocaines des fruits et légumes vers ce pays fleurissent, un partenariat plus étendu ne serait que bénéfique à bien plus d’égards.


« Nous pouvons offrir bien plus que des tomates fraîches et des framboises. Prenez l'énergie par exemple. Le Maroc a massivement investi dans les énergies renouvelables et a le potentiel de contribuer à la sécurité énergétique de ses partenaires stratégiques  », a souligné en guise d’exemple l’ambassadeur du Maroc, non sans omettre les autres secteurs, comme celui automobile ou encore sécuritaire. Ainsi, les perspectives d’un accord Maroc-Royaume sont « extrêmement prometteuses ».


Ouverture sur l’Afrique

Au-delà de ces avantages, un partenariat avec le Maroc revêt une importance stratégique pour le Royaume-Uni, en termes de présence en Afrique et de pénétration des marchés africains. Le Maroc est en effet « la porte d’entrée vers l’Afrique pour le Royaume-Uni », a considéré Hajoui. Selon lui,  cette ouverture sur le continent s’accompagne de possibilités commerciales « considérables » sur l’un des plus importants marchés de demain.


A ce niveau, le Royaume-Uni aurait non seulement à bénéficier de l’emplacement stratégique du royaume et de sa place de leader continental, mais aussi d’une longue expérience dans la promotion des investissements et de développement de plusieurs marchés en Afrique. Le pays est en effet le deuxième plus grand investisseur africain sur le continent, avec deux tiers de ses investissements directs étrangers destinés vers l’Afrique.


Sur le volet sécuritaire également, un accord avec le Maroc représente un avantage majeur pour le Royaume-Uni. En tant qu'acteur régional majeur en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, avec la guerre entre Israël et Gaza provoquant davantage d'incertitudes, le Maroc propose un soutien en matière de sécurité pour les approvisionnements alimentaires et énergétiques, ainsi que pour la défense et le renseignement.


Un rapprochement « naturel »

Si les considérations économiques et sécuritaires font d’un partenariat avec le Maroc un pas stratégique pour le Royaume-Uni après avoir quitté l’UE, d’autres facteurs renforcent le raisonnement derrière l’idée.  Pour l’ambassadeur marocain, le rapprochement entre les deux royaumes est poussé par les changements sociétaux et culturels que vit le Maroc en interne. Ce rapprochement, selon Hajoui, se fait « dans un contexte de changement qui se produit au Maroc de manière très naturelle, organique, parmi les générations plus jeunes, qui parlent maintenant couramment la langue anglaise, ce qui est très important pour les affaires ».


Ainsi, alors qu’il s’éloigne « culturellement » de la France, son traditionnel partenaire avec qui les relations se sont dégradées pendant quelque temps, le Maroc se rapproche davantage du Royaume-Uni. Pour illustrer davantage cela, le média britannique souligne que « les liens croissants entre les deux pays sont devenus plus évidents lorsque le Maroc a choisi le Royaume-Uni plutôt que la France comme partenaire d'aide internationale après le tremblement de terre catastrophique qui l'a frappé plus tôt cette année  ».


Cependant, bien qu’encouragé par le contexte de post-Brexit, le partenariat entre le Maroc et le Royaume-Uni est tout autre sauf contextuel. En effet, les deux pays ont cultivé depuis longtemps des relations distinguées dans différents domaines. Dans le domaine du commerce, à titre d’exemple, les deux pays entretiennent un accord d’association visant à favoriser les échanges en accordant des avantages aux importations depuis le Maroc. Ces avantages devraient encore se solidifier alors que le gouvernement britannique prévoit de baisser les droits d’importation sur les produits agricoles et de pêche marocains.


Une fois que le Royaume-Uni a quitté l’UE, le pays a fait de la préservation de ses liens de coopération avec le Maroc une priorité. Cela s’est traduit à travers l’accord d’association global signé en 2019 qui a restitué dans le contexte des relations bilatérales, l'ensemble des avantages qu'ils s'accordaient mutuellement dans le cadre de l'Accord d'association Maroc-Union européenne. L’objectif de cela était justement d’éviter toute rupture dans la relation bilatérale pouvant résulter de la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne.


Depuis, la coopération entre les deux royaumes dans différents domaines n'a cessé de se développer, alors que les échanges empruntent depuis une tendance haussière. Selon les données partagées, en juin dernier, par l'ambassadeur du Royaume-Uni à Rabat, Simon Martin, dans une interview avec la MAP, les échanges commerciaux entre les deux pays ont doublé depuis 2019 pour se situer à plus de 3 milliards de livres sterling (40 milliards de dirhams).  Bien que reflétant un véritable bond dans leurs relations économiques, les deux pays ne comptent pas s'arrêter là.


Comme le soulignait Martin, lors d'un webinaire organisé par la BritCham sous le thème Maroc et Royaume-Uni : un accord en évolution, « ce niveau demeure encore insuffisant compte tenu du potentiel énorme de part et d’autre ».  Ainsi, et afin de booster davantage leurs relations commerciales et de nouveaux moyens pour les développer davantage sont constamment explorés. C'est d'ailleurs dans ce même objectif que l'agence britannique UK Export Finance a mis sur la table quatre milliards de livres sterling soit 51 MMDH pour financer des projets communs au Maroc dans plusieurs secteurs comme l’énergie, l’infrastructure, l’immobilier mais aussi les projets relatifs à l’organisation de la coupe du monde.

post - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom