S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

ConjonctureHCP: le moral des ménages à son plus bas, l’indice de confiance plonge à nouveau

16.01.2024 à 11 H 17 • Mis à jour le 16.01.2024 à 11 H 20 • Temps de lecture : 4 minutes
Par
Détérioration du niveau de vie, hausse des prix des produits alimentaires, affaiblissement de la capacité à épargner et dégradation de la qualité des services publics … Le moral des ménages a poursuivi sa dégradation au cours des derniers mois de 2023, selon l’enquête de conjoncture menée par le HCP, alors que la majorité des ménages restent pessimistes quant à l’évolution de leur situation au cours des douze prochains mois.

Le moral des ménages poursuit sa dégradation pour atteindre son niveau le plus bas depuis 2008. Après une légère amélioration au cours du troisième précédent, le moral des ménages a repris sa tendance baissière au cours du quatrième trimestre de 2023, révèlent les résultats de l’enquête permanente de conjoncture auprès des ménages, menée par le Haut-Commissariat au plan (HCP).


Selon la même enquête, l'indice de confiance des ménages (ICM) s’établit à 44,3 points au lieu de 46,5 points enregistrés le trimestre précédent et 46,6 points le même trimestre de l’année précédente. Cette baisse s’explique par une dégradation générale de la perception des Marocains de plusieurs aspects de leur quotidien.


Détérioration du niveau de vie

L’enquête menée par le HCP révèle que la majorité des Marocains constatent une détérioration de leurs conditions. Plus précisément ce sont 87 % des ménages qui déclarent que leur niveau de vie s’est dégradé au cours des douze derniers mois, tandis que 9,2 % rapportent un maintien au même niveau et seulement 3,8 % soulignent une amélioration. Le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est ainsi resté négatif, à moins 83,2 points, contre moins 81,5 points au trimestre précédent et moins 78,0 points au même trimestre de l’année passée.


Les perspectives futures ne sont pas optimistes non plus, selon les ménages sondés. Plus de la moitié d’entre eux, soit 57,9 % s’attendent à une dégradation du niveau de vie au cours des douze prochains mois, 33,2 % à un maintien au même niveau et uniquement 8,9 % à une amélioration. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur s’établit, ainsi à moins 49,0 points contre moins 41,7 points au trimestre précédent et moins 43,0 points au même trimestre de l’année passée, ajoute le HCP.


Une situation financière en dégradation

Alors que 86,3 % des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains moins, le solde d’opinion public ayant encore plongé à moins 80,3 points, la perception de la situation financière par les ménages s’est à son tour dégradée.  Interrogés sur l’évolution de leur situation financière au cours des douze derniers mois, 59,8 % contre 3,7 % des ménages considèrent qu’elle s’est dégradée, fait savoir le HCP. En outre, au quatrième trimestre de 2023, 56,1 % des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 42,1 % déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 1,8 % affirment épargner une partie de leur revenu. Le solde d’opinion relatif à la situation financière actuelle des ménages est resté ainsi négatif, à moins 40,3 points contre moins 40,2 points le trimestre précédent et moins 42,1 points l’année précédente, indique le HCP.


Ceux-ci font aussi part de leur pessimisme quant à l’évolution future de leur situation, avec 18,3 % contre 28,9 % des ménages qui s’attendent à une amélioration de celle-ci. Le solde d’opinion de cet indicateur s’est ainsi établi à moins 10,6 points contre moins 4,6 points un trimestre auparavant et moins 7,7 points un an auparavant. La même perspective négative est recensée quant à la capacité à épargner. Selon le HCP, 9,6 % contre 90,4 % des ménages s’attendent à épargner au cours des douze prochains mois. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, à moins 80,7 points au lieu de moins 80,4 points au trimestre précédent et moins 77,7 points au même trimestre de l’année passée.


Par ailleurs, au quatrième trimestre de 2023, 79,8 % contre 9,4 % des ménages considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables. Le solde d’opinion de cet indicateur s’est ainsi établi à moins 70,4 points contre moins 71,5 points le trimestre précédent et moins 70,3 points le même trimestre de l’année 2022.

 

Hausse des prix et dégradation des services publics

L’enquête menée par le HCP fait ressorti un ressenti unanime d’une augmentation des prix des produits alimentaires, avec la quasi-totalité des ménages (97,7 %) affirmant que les prix de ces produits ont augmenté au cours des douze derniers mois. Ceux-ci s’attendent aussi à la poursuite de cette hausse des prix au cours des douze prochains mois, avec 81,3 % des ménages qui prévoient de nouvelles augmentations contre 3,7 % seulement qui s’attendent à une baisse.


En plus de l’augmentation continue des prix des produits alimentaires, les Marocains déplorent aussi une dégradation de la qualité des services publics, notamment dans l’Enseignement et la Santé. Selon le HCP, en 2023, 45,0 % contre 28,1 % des ménages ont ressenti une dégradation de la qualité des services de l’enseignement. Ces proportions étaient de 43,7 % et 30,7 % respectivement en 2022. Le solde relatif à cet indicateur est passé de moins13,0 points en 2022 à moins 16,9 points en 2023. Le même constat ressort pour ce qui en est de la santé, avec 58,2 % des ménages qui perçoivent une dégradation de la qualité des services de santé contre 14,2 % qui perçoivent son amélioration. A son tour, le solde relatif à cet indicateur est passé ainsi, à moins 44,0 points contre moins 48,2 points en 2022.


En revanche, les ménages marocains font part d’une amélioration au niveau des prestations administratives. En 2023, 54,1 % des ménages perçoivent une amélioration de la qualité des prestations administratives contre 17,8 % qui perçoivent sa dégradation. Le solde qui résume cette opinion a enregistré 36,3 points contre 36,9 points une année auparavant. Ce ressenti globalement positif concerne aussi l’évolution de la protection de l’environnement et de la situation des droits de l’Homme, avec respectivement 49,1 % contre 16,3 % et 37 % contre 17,3 % des ménages qui perçoivent une amélioration.

post - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom