S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

DiplomatieCoopération bilatérale: le Maroc et la Belgique fixent les priorités pour le partenariat stratégique

15.04.2024 à 16 H 04 • Mis à jour le 15.04.2024 à 16 H 04 • Temps de lecture : 8 minutes
Par
La troisième réunion de la Commission mixte Maroc-Belgique a été l’occasion de passer en revue les avancées réalisées en matière de coopération bilatérale, ainsi que de fixer les priorités pour la prochaine étape de cette collaboration, en vue de la développer en un partenariat stratégique

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et le premier ministre belge, Alexandre De Croo ont coprésidé ce 15 avril la troisième réunion de la Haute commission mixte de partenariat entre le royaume du Maroc et le royaume de Belgique tenue à Rabat. Les deux Chefs de gouvernement ont ouvert la réunion en soulignant « l'excellence des relations d'amitié et de coopération » qui existent entre les royaumes de Belgique et du Maroc, tout en louant l’amitié et la grande estime qui existe entre les familles royales des deux pays. La Belgique a également salué les réformes menées par le Maroc, sous le leadership du roi Mohammed VI, durant ces vingt-cinq dernières années, notant l’importance du Nouveau modèle de développement, la régionalisation avancée et les nombreuses réformes ambitieuses, telle que celle en cours du Code de la famille.


Saluant le rôle que joue la communauté marocaine établie en Belgique, et la communauté belge résidant au Maroc, en tant que piliers de rapprochement entre le Maroc et la Belgique et rappelant que cette année 2024 a été marquée par la célébration du 60ème anniversaire de la signature de l’Accord bilatéral de main d’œuvre entre le Maroc et la Belgique, les deux pays se sont félicités de la dynamique que connait leur relation. Cette troisième réunion de la Haute commission mixte a ainsi été l’occasion pour les deux royaumes de réitérer leur volonté partagée d’approfondir davantage cette relation, en vue d’établir « un partenariat stratégique ». Dans ce cadre, la déclaration conjointe adoptée à l’issue de la réunion de la Haute commission inclut plusieurs points considérés comme les fondements de la continuité de la relation entre les deux royaumes et du développement de leurs relations.


La Belgique renouvelle son soutien à la position marocaine sur le Sahara

Dans cette déclaration, le Chef du gouvernement belge a réitéré le soutien de longue date de la Belgique au processus mené par les Nations Unies pour une solution politique « juste, durable et mutuellement acceptable pour les parties ». Dans ce sens, la Belgique considère ainsi l’initiative marocaine d’autonomie, présentée en 2007, comme un effort « sérieux et crédible » du Maroc et comme une « bonne base » pour une solution acceptée par les parties. Par ailleurs, les deux parties conviennent de l’exclusivité de l’Organisation des nations unies (ONU) dans le processus politique et réaffirment leur soutien à la résolution 2703 (2023) du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a noté le rôle et la responsabilité des parties dans la recherche d’une solution politique réaliste, pragmatique, durable et fondée sur le compromis.


S’agissant des questions régionales globalement, les deux Chefs de gouvernements ont souligné les rôles constructif et positif du Maroc et de la Belgique dans le maintien de la paix et de la stabilité dans leurs régions respectives. Dans ce sens, les deux pays « partagent le même objectif stratégique celui de contribuer au renforcement de la paix, de la sécurité et du développement dans la région euro-africaine ». Ils ont par ailleurs réaffirmé l’importance primordiale des principes fondamentaux de la Charte des Nations Unies, condamnant toute violation des principes fondamentaux de celle-ci.


Dans ce contexte, les deux pays ont ainsi réaffirmé leur engagement pour le renforcement de la paix, de la sécurité et du développement au bénéfice des populations du Sahel. La Belgique a ainsi salué l’Initiative Atlantique lancée par le roi Mohammed VI comme « contribution novatrice à l’intégration de l’atlantique africaine et au renforcement de la coopération avec les pays du Sahel ».  Elle a en outre salué les efforts du Maroc pour la résolution de la crise libyenne, notamment l’accueil, du 22 mai au 7 juin 2023, des réunions de la Commission mixte (6+6), chargée d’élaborer les lois électorales libyennes dans le cadre du processus de dialogue engagé sous l’égide des Nations-Unies.  Concernant la situation au Moyen-Orient, le Maroc et la Belgique ont tous deux condamné les attaques contre les civils, se déclarant fortement préoccupés par la situation à Gaza et appelant à un cessez le feu immédiat, global et durable. Les deux pays demandent à se conformer à la résolution du Conseil de Sécurité 2728 du 25 mars 2024, tout en permettant l’accès par tous les points de passage aux aides humanitaires, sans entrave, et dans toute la bande de Gaza.


Poursuivre et intensifier le dialogue politique

Sur fond de la dynamique que connait la relation entre le Maroc et la Belgique, les deux Chefs de gouvernement se sont félicités du dialogue politique régulier, dont témoigne la visite au Maroc de la ministre des Affaires étrangères belge le 20 octobre 2022, et qui avait abouti à l’adoption d’une déclaration conjointe entre les deux pays, ainsi que de l’adoption de la feuille de route pour la mise en œuvre de celle-ci.


Dans le contexte de leur présence conjointe au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, les deux pays ont réaffirmé leur volonté de poursuivre leurs efforts en matière de promotion et de défense des droits humains, de renforcer leur concertation sur les questions liées à la défense des droits humains et d’examiner la possibilité d’organiser conjointement des évènements au sein des enceintes multilatérales appropriées.


Ils ont aussi souligné l'importance de la coopération parlementaire qui joue un rôle essentiel dans le renforcement des relations bilatérales, encourageant les institutions législatives des deux pays à intensifier leur partenariat, notamment par la création d’un Forum parlementaire conjoint constituant un espace de dialogue et d’échange.


Les deux parties affichent la même volonté quant à la promotion d’une coopération judiciaire «  innovante, alignée sur les normes internationales les plus élevées, pour une gestion efficace des affaires judiciaires transfrontalières  ». En matière de sécurité, les deux pays se sont de la profondeur de leur coopération. Saluant dans ce sens la perspective de la conclusion d’un mémorandum d’entente entre le Parquet fédéral belge et la Présidence du ministère public marocain, ils ont affirmé leur intérêt commun à poursuivre et à renforcer l’étroite coopération bilatérale pour lutter contre les menaces à la sécurité nationale et internationale.  S’agissant de la coopération dans le domaine de la migration, les deux pays ont réitéré leur volonté de poursuivre les efforts visant à intensifier et renforcer la coopération migratoire dans divers domaines, tels que le retour, la réadmission et la lutte contre le trafic d’êtres humains, ainsi que d’améliorer les mécanismes pour la mobilité des professionnels et la migration légale.


Pousser la coopération bilatérale vers un partenariat stratégique

A l’occasion de cette réunion, les deux pays ont réaffirmé leur volonté partagée d’approfondir davantage leur relation, en vue d’établir un partenariat stratégique, « tourné vers l’avenir, à la hauteur des attentes et du potentiel qui existent entre les deux pays, pour répondre aux défis actuels et futurs ». Dans ce sens, les deux royaumes ont exprimé leur volonté de renforcer le commerce et les investissements, de coopérer en matière du climat, de transition énergétique par le développement des énergies renouvelables et des molécules vertes, ainsi qu’en matière de gestion de l’eau, des infrastructures et du transport.


Se félicitant du succès de la coopération au développement de longue date entre le Maroc et la Belgique touchant de nombreux domaines, les deux pays ont ainsi souligné les perspectives de développement du partenariat économique, en encourageant notamment les entreprises belges et marocaines à explorer les opportunités offertes de part et d’autre en matière d'investissement. Dans ce sens, l’accent a été mis sur les avantages offerts par la nouvelle Charte marocaine de l'investissement, de l’Offre Maroc concernant l’hydrogène vert, mais aussi des projets structurants prévus en perspective de l’organisation de la Coupe du Monde 2030.


Les perspectives de cette collaboration économiques seront d’ailleurs explorées lors du Forum d’Affaires Maroc-Belgique programmé le 16 avril courant, et qui constitue une première manifestation de cette volonté partagée de développer les liens en matière d’investissement. Les opportunités de coopération dans le domaine de la transition énergétique ont aussi été mises en avant, notamment avec la signature d’un mémorandum d’entente portant sur les énergies vertes. En outre, les deux pays visent à saisir les potentialités offertes en matière de partenariats tripartites gagnant-gagnant Maroc-Belgique-Afrique, tenant compte de la position du Maroc comme un hub important et des liens privilégiés que les deux pays entretiennent avec de nombreux pays du continent africain.


Au-delà du volet économique, le Maroc et la Belgique souhaitent aussi développer leur coopération dans les domaines de la culture et des sports.  La déclaration adoptée ce lundi met ainsi en avant la volonté des deux royaumes de renforcer davantage la coopération culturelle, en explorant notamment les possibilités de développer le partenariat dans ce domaine à travers l’échange d’expertise en matière de protection, de conservation et de mise en valeur du patrimoine culturel matériel et immatériel, la coopération entre les musées et les instituts spécialisés dans les métiers des arts et du patrimoine et de l’organisation d’activités culturelles et artistiques dans les deux pays.  Sur le niveau sportif, l’accent est mis notamment sur le développement du sport féminin, alors que la Belgique a soumis sa candidature - conjointement avec l’Allemagne et les Pays-Bas - pour l’organisation de la Coupe du monde de football féminin en 2027.

post - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom