S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Justice
Affaire Pegasus: la Cour d’appel de Paris confirme l’irrecevabilité des plaintes du Maroc

12.04.2023 à 18 H 26 • Mis à jour le 12.04.2023 à 18 H 27 • Temps de lecture : 1 minutes
Par

La cour d'appel de Paris a confirmé mercredi l'irrecevabilité des poursuites en diffamation intentées par le Maroc contre des ONG et des médias français ayant révélé ou dénoncé le recours par Rabat au logiciel d'espionnage Pegasus, annonce ce mercredi l'AFP.


En première instance, le tribunal correctionnel de Paris avait rendu dix jugements déclarant l'irrecevabilité des citations directes contre Le Monde, Radio France, France Media Monde, Mediapart, L'Humanité, Forbidden Stories et Amnesty International. La cour d'appel a confirmé ces dix jugements, précise-t-on de même source.


Les décisions s’appuient sur un article de la loi française de 1881 sur la liberté de la presse, qui « ne permet pas à un État, qui ne peut pas être assimilé à un particulier au sens de ce texte, d'engager une poursuite en diffamation ».


Le Maroc « étudie l'opportunité d'un pourvoi en cassation pour faire valoir son droit d’agir contre les accusations calomnieuses portées par certains organes de presse ayant affirmé, sans la moindre preuve ou commencement de preuve, qu'il utiliserait le logiciel Pegasus », a indiqué dans un communiqué Me Olivier Baratelli, l'avocat du royaume.


Le Maroc a été accusé à l'été 2021 d'avoir utilisé Pegasus, logiciel conçu par la société israélienne NSO, après une vaste enquête menée par un consortium de 17 médias internationaux sur la base de données obtenues par l'organisation Forbidden Stories et par Amnesty International. Parlant d'« allégations mensongères et infondées » le Maroc avait enclenché plusieurs procédures judiciaires en France, en Espagne et en Allemagne, rappelle l'AFP.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu