Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Libre-échange
Bourita déclare «aberrante» l’adhésion de la «RASD» à la ZLECA

07.07.2019 à 23 H 12 • Mis à jour le 07.07.2019 à 23 H 12
Par La rédaction

« L’adhésion du Maroc à la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) ne saurait être interprétée comme une reconnaissance d’une situation, d’un fait ou d’une entité qui menace son intégrité territoriale et son unité nationale », a affirmé, dimanche à Niamey, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita au terme du 12ème Sommet extraordinaire de l’Union africaine de Niamey au Niger, auquel il a représenté le Roi Mohammed VI.


« Le Maroc agit selon une doctrine et des principes clairs lorsqu’il s’agit de faire la différence entre l’appartenance à une organisation et la reconnaissance des entités qui pourraient en faire partie mais que le Maroc ne reconnait pas », a-t-il ajouté.


Dans cet exercice en particulier, « l’aberration est flagrante », a souligné le ministre, s’interrogeant comment une entité qui n’a pas de territoire pourrait appartenir à une zone de libre-échange ?.


« Si cette entité va faire du commerce à partir de Tindouf ça va être du commerce interne dans un autre pays de l’Union africaine qui est l’Algérie », a poursuivi Bourita, se demandant « avec quelle monnaie cette entité va-t-elle le faire ? Si ce commerce aura lieu, c’est avec la monnaie algérienne ».


Aussi, s’est exclamé le ministre, « si les marchandises doivent passer par une douane, ça sera celle de l’Algérie, donc c’est ça l’aberration que le Maroc a tenu à soulever ».


Selon Bourita, cet état de fait est d’autant plus « aberrant » que la pierre angulaire de la ZLECA sont les communautés économiques régionales.


« Cherchez parmi les membres de l’Union africaine qui est l’entité qui n’appartient à aucune communauté économique régionale et vous allez comprendre l’aberration », a conclu Bourita, faisant évidemment référence à la « RASD », sans la nommer.

Par La rédaction
Le Desk En continu