S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Politique
Enaam Mayara jette un pavé dans la mare des relations hispano-marocaines

10.04.2023 à 02 H 31 • Mis à jour le 10.04.2023 à 02 H 31 • Temps de lecture : 2 minutes
Par

Ceuta et Melilla ont été « colonisées » par l'Espagne et des négociations devraient avoir lieu pour les récupérer, a déclaré Enaam Mayara, président de la Chambre des conseillers et membre du comité exécutif du parti de l’Istiqlal appartenant à la coalition gouvernementale qui intègre le Regroupement national des indépendants (RNI) et le Parti authenticité et modernité (PAM).


Le quatrième personnage de l'Etat s'exprimait ainsi lors d'une soirée organisée par l'organisation des femmes de l'Istiqlal qui avait pour thème « Un an après la nouvelle étape des relations hispano-espagnoles marocaines : Fondamentaux et opportunités ».


Dans une vidéo de la rencontre diffusée sur Facebook, Mayara a estimé que « la colonisation espagnole se poursuit à Ceuta et Melilla ». Il a ajouté que l'Istiqlal « n'a pas cessé, et ne s'arrêtera pas, de parler de la colonisation dans ces deux villes et des solutions possibles pour les récupérer ».


Dans son allocution, le responsable politique et également syndicaliste de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), centrale adossée à l’Istiqlal a souligné que son parti était convaincu que le Maroc « récupèrerait un jour les deux villes occupées par la négociation sans recourir aux armes ». Il a ajouté que les deux villes « ne feront pas l'objet de chantage ».


Mayara a également défendu en outre la nécessité de « s'ouvrir davantage à la société civile et aux partis politiques espagnols pour rapprocher les positions sur diverses questions ».


Il a également appelé à « soutenir la communauté marocaine dans la société espagnole » et a exhorté la communauté marocaine de rejoindre les partis politiques espagnols et de participer aux élections « pour aider à rapprocher les opinions des deux pays et former un lobby qui aide à défendre toutes les questions liées à la patrie, le Maroc ».


La revendication des deux enclaves espagnoles Ceuta et Melilla fait partie des fondements du discours de l'Istiqlal nationaliste depuis sa création en 1944.


Depuis le rapprochement de Rabat et Madrid il y a tout juste un an, les deux capitales se sont engagées sur une feuille de route commune dont le rythme et les conditions de déploiement demeurent à l’avantage du Maroc. Si la question du « respect réciproque de l’intégrité territoriale des deux pays » avait été très tôt évoquée pour dépasser la crise et alors que l’Espagne a contenté le Maroc sur la question de sa souveraineté sur le Sahara Occidental, affirmant que son plan d’autonomie était « la seule solution crédible » pour sa résolution, du côté marocain, aucun signe concret n’a été émis sur un éventuel abandon de sa revendication de Ceuta, Melilla et des autres présides espagnols.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu