logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Risques
Fitch Ratings : Résilience des banques marocaines face à la crise

18.02.2022 à 15 H 01 • Mis à jour le 18.02.2022 à 15 H 01 • Temps de lecture : 2 minutes
Par

Au terme d’une revue par les pairs de cinq banques marocaines sous sa couverture, l’agence britannique de notation financière Fitch Ratings a confirmé les notes accordées à Bank of Africa (BOA), au Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH Bank), à la Société Générale Marocaine de Banques (SGMB) et à la Banque Marocaine pour le Commerce et l'Industrie (BMCI). Seule la note nationale à long terme d’Attijariwafa bank (AWB) a été revue à la hausse.


Ce surclassement est motivé par « le bilan de la banque en matière de performance, en particulier au cours du cycle récent. Ce bilan est soutenu par un profil d'activité stable et diversifié ainsi qu’une croissance prudente », explique l’agence de notation.


Ainsi, la note d’AWB a été rehaussée à AA/Stable, ce qui la place un cran au-dessus de celles de BOA et CIH, mais en dessous de la SGMB et la BMCI, qui bénéficient du soutien de leurs maisons-mères.


Et bien que Fitch ait revu ses perspectives sur l’environnement opérationnel des banques marocaines de stables à négatives, l’agence de notation estime que les cinq banques continueront à faire montre de résilience en 2022.


Aussi, malgré la fin des programmes de prêts garantis par l’État à grande échelle qui avaient simulé la croissance du crédit destiné au secteur privé, le fort rebond de la croissance du PIB en 2021, évalué à 6,2 % par Fitch, a permis de contenir les risques liés à la qualité des actifs.


Concernant les prêts de stage 3, en l’occurrence les prêts douteux, leur ratio s’est établit à 11,1 % en moyenne pour les cinq banques à la fin du premier semestre de 2021. L’agence de notation prévoit une amélioration légère de ce ratio en 2022, notamment grâce à des recouvrements plus importants et la poursuite de la reprise de l’activité commerciale.


Fitch relève également la reprise de la rentabilité, « principalement tirée par la croissance des prêts et la baisse des charges de dépréciation, malgré le maintien du taux d'intérêt de référence à 1,5 % ». Ainsi, le rendement des capitaux propres (ROE, Return On Equity) moyen consolidé des cinq banques est passé de 5,5 % en 2020 à 10,3 % à la fin du troisième trimestre de 2021. Pour rappel, le ROE moyen d’avant la pandémie était se situait autour de 12 %.


Autre élément positif souligné par Fitch : la stabilité des conditions de financement et de liquidité. « Il n'y a eu aucune sortie de dépôts, et les marchés nationaux des capitaux ont continué de bien fonctionner. Les dépôts de la clientèle, qui représentent l'essentiel du financement des banques marocaines, ont augmenté de 4 % en 2021 », rapporte l’agence.


Selon Fitch, ses seuls sujets de préoccupation concernent la croissance économique plus faible que prévu, la reprise retardée du secteur touristique, l’inflation élevée ainsi que le fort taux de chômage.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu