Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Athlétisme
La sud-africaine Semenya boudée au Maroc pour excès de testostérone ?

16.06.2019 à 20 H 02 • Mis à jour le 16.06.2019 à 20 H 02
Par La rédaction

Triple championne du monde du 800 mètres, l’athlète sud-africaine Caster Semenya, déjà en conflit avec la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) pour discrimination, a accusé la fédération marocaine d’avoir « rendu impossible  » sa participation au meeting Ligue de Diamant de Rabat ayant lieu ce samedi.


Dans son conflit l’opposant avec l’instance internationale, le Tribunal arbitraire du sport (TAS) lui avait donné raison acceptant les motifs de sa plainte. L’IAAF avait ordonné, depuis avril 2018, aux sportives atteintes de hyperandrogénie de faire baisser leur taux de testostérone, facteur pouvant selon l’instance, influer sur leurs performances. Par ailleurs, le tribunal avait même suspendu le règlement donnant la possibilité à Caster Semenya de concourir au niveau international.


Selon l’entourage de l’athlète, la fédération marocaine l’avait invitée à assister à la manifestation sportive, avant de se rétracter. Dans son communiqué rendu l’athlète dit avoir accepté le 7 juin 2019, « l’invitation de la fédération de se présenter à Rabat le 16 juin » et affirme « qu’elle avait pris les dispositions nécessaires et même réservé le 12 juin un vol Paris-Rabat ».




L’agent de Semenya avait soudainement été informé par la Fédération marocaine d’athlétisme que celle-ci « ne voulait pas que Caster courre ». Un rejet tardif ayant conduit Caster à retourner en Afrique du sud.


L’information avait aussitôt fait les manchettes des journaux sportifs, critiquant la Fédération marocaine de se plier à la position de l’IAAF, alors même qu’un jugement du TAS donne raison à Semenya.


Le 14 juin, soit deux jours avant le meeting sportif et face à la pluie de critiques, la fédération marocaine a de nouveau invité Semenya. « La fédération a de nouveau changé de cap et a dit à l’agent de Caster qu’elle était invitée à courir le 16 juin. À ce moment-là, les seuls vols à destination de Rabat auraient supposé un voyage de 20 heures, ce qui signifie que concourir n’était rationnellement pas possible pour Caster », précise la sportive dans son communiqué. La même source précise que « son incapacité à courir à Rabat est uniquement due au retrait soudain et injustifié par la fédération de son invitation initiale que Caster avait acceptée avec joie ».

Par La rédaction
Le Desk En continu