S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Gaz
Le permis d’exploration de Predator au Maroc « retardé de manière inattendue »

30.11.2023 à 14 H 07 • Mis à jour le 30.11.2023 à 14 H 07 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
L'entreprise pétrolière et gazière basée à Jersey a annoncé en parallèle avoir signé un accord de négociation exclusive de 12 mois avec Afriquia Gaz

Predator Oil &  Gas Holdings PLC a annoncé jeudi qu'elle remobilisait son équipe d'essais faute d’avoir reçu un arrêté ministériel conjoint autorisant une prolongation de son permis d'exploration, à la suite de problèmes « imprévus ».


Les actions Predator ont dévissé de 17 % ce matin à Londres.


La société pétrolière et gazière basée à Jersey, axée sur le Maroc, Trinidad et l'Irlande, a déclaré qu'elle s'attend à ce qu'un arrêté ministériel conjoint approuvant l'amendement n°3 de l'accord pétrolier de Guercif soit publié « prochainement » par les ministères en charge de l’énergie et des finances.


La société a déclaré que cela faisait suite à un « problème de réglementation administrative imprévu » qui a retardé l'émission de l'ordonnance. Pour cette raison, la société a déclaré avoir licencié son équipe de test sans plate-forme, qui était en attente.


Predator a noté que son équipe de tests sans plate-forme est actuellement en train de reprogrammer et de se remobiliser, les tests sans plate-forme devant commencer sur le site en janvier 2024.


Le président Paul Griffiths a déclaré : « Nous avons travaillé avec diligence pour planifier la séquence d'activités nécessaire pour mettre en évidence le potentiel gazier de la zone et être en mesure, après des tests sans plate-forme, de soumettre une demande de concession d'exploitation ».


« Malheureusement, un problème de réglementation administrative imprévu, totalement indépendant de la volonté de l'entreprise, a entraîné un retard dans l'exécution du programme d'essais sans plate-forme. Il n'est pas possible de maintenir indéfiniment les services, les équipements et le personnel des puits en attente. De tels services sont actuellement très demandés ailleurs en Afrique du Nord », a-t-il ajouté.


« Les coûts qui auraient été supportés par l'entreprise ne sont tout simplement pas justifiables alors qu'une gestion prudente des ressources de trésorerie est essentielle en période d'incertitude sur les marchés boursiers du secteur pétrolier et gazier », a précisé de plus Griffiths.


Ce projet représentait pourtant une étape cruciale dans la stratégie de Predator au Royaume. Début août, l’entreprise a annoncé son intention de lever 9 millions de dollars, grâce à une émission d’actions, afin de compléter son programme d’essais dans plusieurs puits, dans le cadre de l’accord sur le pétrole de Guercif.


En juin dernier, Predator avait revu à la hausse le potentiel de gaz de son site dans la même région, alors que les opérations de forage et d’exploration au niveau du puits MOU-3 dans le bassin de Guercif avaient été achevées avec succès.


Par ailleurs, suite à un cycle de négociations, l'entreprise a annoncé avoir signé un accord de négociation exclusive de 12 mois avec Afriquia Gaz SA pour un accord de vente de gaz et de collaboration juridiquement contraignant.


La société a indiqué que dans le cadre de cet accord, Predator vendrait du gaz naturel comprimé provenant de sa licence de Guercif au Maroc.


Predator a indiqué qu'il financera et exploitera ses installations de développement et de production de GNC.


L'opération devrait durer entre 8 et 10 ans, à un prix d'achat fixe. L'augmentation des livraisons sera soumise à un plafond de 1,4 million de mètres cubes par jour.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu