logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Diplomatie
Pour les relations Maroc-Espagne, Albares ne veut pas « d’actions unilatérales »

13.02.2022 à 11 H 44 • Mis à jour le 13.02.2022 à 11 H 46
Par

C’est sur un ton optimiste que le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Albares, a abordé l’évolution des relations entre les deux Royaumes depuis la grave crise diplomatique enclenchée, en avril dernier, après l’accueil du chef du Polisario sur le territoire espagnol et l’arrivée, mi-mai, de près de 10 000 migrants dans l’enclave de Ceuta (Sebta).


Interpellé sur la question du maintien du Maroc de la fermeture du trafic maritime avec l’Espagne malgré le rétablissement des liaisons aériennes, Albares a répondu que la reconstruction des relations entre les deux pays après la crise de 2021 prend du temps, « on ne veut pas faussement clore la crise pour qu’elle se reproduise dans X années » a-t-il expliqué.


À cet égard, il a réitéré son aspiration à « construire une relation du 21ème siècle  ». Les relations entre le Maroc et l’Espagne étant « très denses et très complexes […] nous travaillons pour aller de l’avant dans la reconstruction d’une relation du 21ème siècle. Cette relation doit être fondée sur la confiance, sur le respect mutuel, sans actions unilatérales d’aucune des parties ». Il a également rappelé le discours du roi Mohamed VI du 20 août dernier lorsque le monarque exprimé son souhait « d’inaugurer une étape inédite » dans les rapports entre les deux pays.


Selon l’analyse du ministre des affaires étrangères, la coopération du Maroc dans le contrôle des flux migratoires s’est améliorée. « À noël dernier, environ un millier de personnes ont été empêchées de franchir les clôtures de Ceuta et Melilla. Cela aurait été très difficile sans la collaboration du Maroc », a-t-il expliqué.


À la question de savoir si l’Espagne reviendrait sur le traitement accordé à Brahim Ghali, Albares a répondu qu’il s’agit là de « politique fiction » et que « l’important est d’agir en regardant vers l’avenir et c’est là où nous en sommes, tant en Espagne qu’au Maroc ».


Concernant la question du Sahara, le diplomate a affirmé que « l’Espagne, en tant que pays ami du Sahara, avec la France et les États-Unis, travaillera toujours en faveur de la résolution d’un conflit qui dure depuis des décennies et que nous ne devons pas laisser perdurer plus longtemps ».


Enfin, quant à la fourniture du Maroc en gaz via le GME, Albares a déclaré que « l’Espagne est toujours prête à répondre aux demandes et aux besoins des pays voisins en ces temps de crise énergétique  »

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu