S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Éducation nationale
Statut unifié des enseignants: de nouvelles grèves annoncées cette semaine

13.11.2023 à 10 H 11 • Mis à jour le 13.11.2023 à 10 H 11 • Temps de lecture : 1 minutes
Par

Malgré les récents appels aussi bien de la part du gouvernement, de certains syndicats ou encore des parents d'élèves, les enseignants demeurent obstinés dans leurs protestations contre le nouveau statut unifié des fonctionnaires de l’Éducation nationale. Ils ont déclenché une nouvelle grève nationale du 13 au 16 novembre, prolongeant ainsi leur arrêt depuis plus d’un mois. Des marches et des manifestations sont également prévues mercredi devant les Académies régionales de l’éducation et formation (AREF) et des directions provinciales de l’Éducation nationale.


Les nouveaux appels à la poursuite des manifestations ont été émis par la Fédération nationale de l’enseignement – orientation démocratique (FNE), l’un des cinq syndicats les plus représentatifs, et la Coordination unifiée du corps des enseignants et des cadres de soutien, regroupant plusieurs catégories d'enseignants. Se félicitant du « succès » des précédentes actions de protestation menées par les enseignants, les deux organisations réaffirment leur opposition au nouveau statut, ainsi que « l’injustice » et « l’iniquité » que consacre ce texte.


Les deux instances dénoncent également « la perpétuelle indifférence » du gouvernement à l'égard des revendications « légitimes et justes » des enseignants. Dans cette optique, elles critiquent la relance « des séries de négociations non productives visant uniquement à gagner du temps pour l'Exécutif ». Les deux organisations contestent, par ailleurs, les menaces de défalcations « illégales » et « illégitimes » sur les salaires des enseignants en grève.


Les récents appels à la poursuite du soulèvement des enseignants surviennent alors que trois des syndicats les plus représentatifs du secteur, à savoir l’UMT, l’UGTM et la FDT, ont incité leurs militants à retourner en classes et reprendre le travail. Ces appels à mettre fin aux protestations, comme l'ont expliqué ces syndicats dans leurs communiqués, sont considérés comme des « gestes de bonne volonté », ayant pour objectif de favoriser l’aboutissement des négociations actuellement en cours sous la supervision du chef du gouvernement,  et également dans le but de «  préserver l'école publique marocaine ».

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu