Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Maroc-EspagneCeuta : le visa bientôt réinstauré pour les habitants de Tétouan ?

12.09.2017 à 23 H 43 • Mis à jour le 14.09.2017 à 10 H 57
Par Issam El Yadari
Des négociations sont en cours avec Rabat en vertu desquelles la révision éventuelle de la dérogation accordée par Schengen imposant de nouveau le visa aux Marocains résidants à Tétouan, a révélé Juan Ignacio Zoido, ministre espagnol de l'intérieur. Une mesure négociée en toute discrétion par Rabat

Le ministre espagnol de l’intérieur Juan Ignacio Zoido, a admis dans sa comparution devant une commission parlementaire que son département négocie avec le Maroc une « solution définitive » à la situation difficile que vivent des transporteurs de marchandises qui traversent tous les jours les points de passage avec l’enclave de Ceuta, a repéré Yabiladi sur le média local Ceutaldia


Des négociations sont en cours en vertu desquelles la révision éventuelle de la dérogation accordée par Schengen permettant l’entrée à Ceuta sans visa des Marocains résidant dans la région s’appliquerait à la ville de Tétouan, a-t-il révélé. Le sujet a été évoqué lors de sa dernière entrevue avec son homologue marocain, Abdelouafi Laftit. Le visa pour les Tétouanais qui profitent d’un simple laisser-passer depuis des années pourrait ainsi être réinstauré. Un sujet sensible que Madrid ne voudrait pas dévoiler trop vite avant de s’assurer de la pleine et entière collaboration de Rabat.


« Cela a fait l’objet d’un traitement », a déclaré Zoido, demandant un silence sur le sujet « jusqu’à ce que nous aboutissions à des conclusions au bénéfice du commerce de Ceuta », a-t-il déclaré.


Zoido a également « profondément » déploré la mort de quatre femmes au cours de l’année 2017, des événements « vraiment difficiles » auxquels « le gouvernement n’est pas étranger et dont la situation a fait l’objet d’analyses spécifiques lors de rencontres bilatérales avec le Maroc ».


DISCLAIMER : Cet article a été improprement titré dans sa première version semant la confusion sur le privilège actuel accordé aux résidents de Tétouan. Nos excuses à nos lecteurs.

Par Issam El Yadari
Le Desk Newsroom