Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

JusticeProcès Bouachrine: la défense se fissure avec le retrait de deux avocats

08.06.2018 à 06 H 15 • Mis à jour le 08.06.2018 à 06 H 15
Par
Deux avocats du patron de presse Taoufik Bouachrine, jugé pour des faits d’agressions sexuelles supposées, dont le bâtonnier Abdellatif Bouachrine ont annoncé leur retrait de la défense. Ils invoquent la multiplication des affaires collatérales et leur lot de couacs à répétition entre robes noires

Nouveau rebondissement dans l’affaire Bouachrine. Après les péripéties des journalistes Amal Houari et Hanane Bakour obligées de force à venir témoigner à la barre, le placement en garde à vue de la première ainsi que le mandat d’amener émis à l’encontre des fils du bâtonnier Mohamed Ziane soupçonnés d’avoir aidé les déclarantes à se soustraire des auditions, Abdellatif Bouachrine, avocat procédurier du directeur de publication d’Akhbar Al Yaoum et son collègue Me Al Morouri, ont annoncé le 7 juin au soir leur retrait du procès.


Abdellatif Bouachrine a indiqué en substance qu’il n’était plus en mesure d’assurer la défense de son client en toute indépendance citant notamment les interférences dommageables des affaires collatérales qui se multiplient éloignant les débats du fond du dossier. Il a aussi évoqué des divergences au sein de la défense pointant un désaccord sur les méthodes de certains de ses collègues.



Me Al Morouri a quant à lui invoqué des couacs à répétition entre avocats, des chamailleries qui selon lui impactent négativement la tenue des audiences qui tirent, selon lui, en longueur.



Selon des sources concordantes, la décision des avocats précités auraient un lien direct avec les frasques répétées du bâtonnier Ziane dont la dernière en date a été un échange musclé avec la presse à la sortie du prétoire.


Ces deux défections majeures interviennent alors que l’ancien chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane s’est invité dans le cas d’Amal Houari en plaidant par voie de presse en faveur de la libération immédiate de la journaliste.

Par
Le Desk Newsroom