Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

DiplomatieAu Maroc, le leader du Hamas se concerte avec la classe politique avec l’aval du roi

19.06.2021 à 20 H 06 • Mis à jour le 19.06.2021 à 20 H 43
Par
La posture d'équilibriste du Maroc dans ses relations avec Israël est aujourd'hui renforcée: preuve en est l'actuelle visite du chef du Hamas au Maroc, préparée par le PJD et ayant reçu le feu vert du Palais royal.

Depuis ce 16 juin, le chef du Hamas, Ismail Haniyeh est en visite au Maroc, accompagné d’une délégation de son mouvement. Si dans un premier temps on pouvait penser qu’il s’agissait d’une initiative individuelle du Parti de la Justice et du Développement, l’ayant annoncé en premier via ses propres canaux sur les réseaux sociaux, la visite s’est rapidement transformée en un séjour officiel ayant reçu l’aval du Palais royal.


Par le PJD, le chef du Hamas a été accueilli en grande pompe, avec présence cadors du parti d’El Otmani, lors d’une rencontre reprise par une dépêche de l’agence de presse officielle MAP : en plus d’y souligner qu’El Otmani agit avec la casquette de chef de parti, on précise que « la rencontre a été l’occasion de mettre en valeur l’action du Comité Al Qods, présidé par le roi Mohammed VI, pour la défense et la préservation du cachet historique, civilisationnel et religieux de la ville sainte. Un accent particulier a été également mis sur les efforts et l’action humanitaire déployés dans le cadre de l’Agence Bayt Mal Al-Qods, le bras opérationnel du Comité Al-Qods, qui a toujours fait preuve d’un engagement sans faille pour la protection des droits des Maqdissis et la préservation de l’identité d’Al-Qods ». On ajoute que la visite a été faite à l’invitation du PJD. Les personnalités présentes : Abdelkader Amara, Aziz Rebbah, Driss El Azami, Souleimane El Amrani, Mohamed Yatim, Jamila El Moussali, Bassima Hakkaoui, ainsi que des membres du bureau politique et leaders du Hamas, précise la même source.


Sur Al Aoula, le 17 juin, on en apprendra un peu plus sur la visite du chef du Hamas, lors de la principale édition du journal télévisé : au sujet du programme du séjour, on sait qu’un saut est prévu au siège de l’agence Bayt Mal Al Qods et des rencontres avec des personnalités partisanes. On annonce également que le roi a offert un dîner en l’honneur de l’invité au Palais des hôtes à Rabat, signe de l’aval de la monarchie quant à cette visite. Ironie de l’histoire, c’est le même Palais où la délégation américano-israélienne avait été accueillie en décembre dernier…  Sur l’évènement mais aussi sur la visite, au-delà de la courte dépêche sur l’activité partisane du PJD, l’agence de presse MAP n’en dira rien.



Par la suite, des rencontres ont également eu lieu entre le Hamas et d’autres partis politiques : pour l’heure, des sources médiatiques ont rapporté celle entre le Parti de l’Authenticité et Modernité (PAM), ayant lieu le 18 juin, tandis que du côté du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), ce sont via les réseaux sociaux que l’équipe de Nabil Benabdallah a choisi de communiquer sur la réunion de courtoisie tenue ce 19 juin.


Avec les officiels marocains, le Hamas aura également de contacts avec les présidents des deux Chambres du Parlement : Habib El Malki et Hakim Benchamass. À ce sujet, aucune communication officielle ne sera faite, ni de la part du Parlement ni de la MAP. Il faudra attendre que des membres du PJD transmettent par messagerie instantanée des photos de la rencontre aux journalistes, ou un communiqué du mouvement du Hamas.




D’après le site du PJD, le patron du mouvement du Hamas a également rencontré des acteurs de la société civile soutenant la cause palestinienne. Parmi eux, on retrouve Abderrahman Benameur par exemple, et d’autres membres de mouvements organisant fréquemment des sit-ins de soutien à la Palestine et recevant le niet des autorités pour cela.


Un séjour du chef du Hamas au Maroc, aux traits officiels, qui a de quoi renforcer l’actuelle posture de Rabat : celle consistant à jouer la carte de l’attentisme, face à la concrétisation des relations entre le Maroc et Israël, comme nous l’analysions ici. Une visite au final qui, loin de gêner, aide les officiels marocains, surtout le PJD ayant déjà fait part de son insistance à soutenir le Hamas, à jouer le rôle d’équilibriste dans leurs relations, au moment où la distinction entre les Accords d’Abraham et le dossier du Sahara du côté de Washington est de plus en plus avérée.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom