logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres

Le bloc notes de la rédaction

Parution

MALI publie « Le macabre dictionnaire des tests de virginité », pour éduquer à travers le dessin

04.02.2022 à 12 H 32 • Mis à jour le 04.02.2022 à 13 H 28
Par
« Le macabre dictionnaire des tests de virginité » est un livre d'illustrations publié par le Mouvement Alternatif des Libertés Individuelles (MALI). Dans ce dictionnaire, MALI fait un dessin pour éduquer sur les différentes pratiques archaïques autour de la virginité. Découverte

Le Mouvement Alternatif des Libertés Individuelles (MALI) se lance dans une nouvelle démarche afin d’alerter sur les risques de la sacralité de la virginité féminine, et toutes les pratiques cruelles qui l’entourent. Publié ce mercredi par MALI, « le macabre dictionnaire des tests de virginité », éduque sur des pratiques archaïques, à l’instar des divers tests de virginité qui ont systématiquement un impact sur la santé des femmes visées.



Parmi ces pratiques, le mouvement cite des tests comme celui du mouchoir, dont le but est d’insérer un mouchoir dans le vagin de la femme bientôt mariée, pour vérifier si son hymen est intact. De plus, dans certains pays, des certificats de virginité sont délivrés par des médecins à la veille du mariage, alors que cela n’a rien de médical. La présence de l’hymen n’est pas une preuve de « pureté », plusieurs femmes naissent sans hymen ou le perdent pour des raisons autres que les rapports sexuels.


Ces techniques « provoquent des douleurs physiques, des dommages psychologiques et ont des conséquences extrêmement néfastes sur la santé, notamment des déchirures vaginales, des saignements excessifs et un risque accru d’infections génitales, ce qui peut entraîner des troubles de la sexualité. Elles peuvent également être causes de dépression, d’anxiété, de troubles de l’estime de soi et de troubles alimentaires tels anorexie ou boulimie. Dans certaines communautés, ces pratiques sont devenues un problème de santé publique », précise MALI. 


En 2018, les Nations Unies ont sommé les pays qui pratiquent toujours ces vérifications de « pureté » d’arrêter leur utilisation, dont le Maroc. Le test du drap de lit, qui consiste à vérifier si le drap est tâché de sang lors de la nuit de noces n’est fondé sur aucun argument, en effet, seulement 50 % des femmes saignent lors de leur premier rapport sexuel.


Le concept de la virginité, et toute cette importance que les Marocains lui accordent, n’a fait qu’enraciner encore plus la culture du viol dans la société. Dans ce dictionnaire, MALI démystifie les termes utilisés dans ce sens, qui creusent encore plus le gouffre dans lequel la gent féminine se retrouve. De la virginité, aux crimes d’honneur, en passant par les différents tests de virginité, jusqu’aux viols.



Le mouvement, ayant chapeauté la publication du livre, rappelle les articles du code pénal qui vont à l’encontre des libertés individuelles, et empêchent les citoyennes et citoyens de disposer de leurs corps, comme ils le souhaitent. « En vertu du Code pénal marocain, l’article 488 est une loi qui ne protège pas contre le viol lorsqu’une femme ne peut prouver qu’elle était “vierge” avant que le crime ne se produise ». Cet article prône donc la défloration et autorise l’usage du test de virginité sur les victimes de viol.


Le violeur encourt des peines plus sévères si la victime est considérée comme étant vierge : 10 à 30 ans d’emprisonnement pour le viol d’une femme vierge. Si, au contraire, le test de virginité fallacieux montre que la femme ne possède pas d’hymen, le viol est rétrogradé au rang d’infraction d’agression sexuelle, qualifié d’atteinte à l’honneur, à la réputation ou à la virginité de la victime.


L’article 490 dispose que « sont punies de l’emprisonnement d’un mois à un an, toutes personnes de sexe différent qui, n’étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles ». 


D’autres articles de nôtre Code pénal prônent la violence : L’article 491 prévoit que « est punie d’emprisonnement d’un à deux ans toute personne mariée convaincue d’adultère. La poursuite n’est exercée que sur plainte du conjoint offensé ». L’article 418 précise que « le meurtre, les blessures et les coups sont excusables s’ils sont commis par l’un des époux sur l’autre, ainsi que sur le complice, au moment où il les surprend en flagrant délit d’adultère ». Ou encore l’article 420 établit que « les blessures faites ou les coups portés sans intention de donner la mort, même s’ils l’ont occasionnée, sont excusables lorsqu’ils ont été commis par un chef de famille qui surprend dans son domicile un commerce charnel illicite, que les coups aient été portés sur l’un ou l’autre des coupables », rappelle le livre.


« Le macabre dictionnaire des tests de virginité » peut être téléchargé gratuitement en ligne, en arabe, en anglais ou en français.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Culture