Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En clair

n°733.Fitch confirme la note « BB+ » du Maroc avec perspective stable

20.12.2021 à 11 H 16 • Mis à jour le 20.12.2021 à 11 H 17
Par
La note « BB+ » du Maroc est étayée par un historique de stabilité macroéconomique reflété par une inflation relativement faible et une volatilité du PIB avant la pandémie du nouveau coronavirus, une part modérée de la dette en devises dans la dette totale des administrations publiques et des volants de liquidité externes relativement confortables, explique l’agence de notation Fitch Ratings dans sa dernière évaluation des risques

Fitch Ratings a confirmé ce lundi la note de défaut des émetteurs en devises étrangères (IDR) à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable.


La note « BB+ » du Maroc est étayée par un historique de stabilité macroéconomique reflété par une inflation relativement faible et une volatilité du PIB avant la pandémie  une part modérée de la dette en devises (FC) dans la dette totale des administrations publiques (GG) et des volants de liquidité externes relativement confortables. Ces atouts sont contrebalancés par de faibles indicateurs de développement et de gouvernance, une dette élevée de GG et des déficits budgétaire et courant (CAD) plus importants que les notations des pairs, estime l’agence de notation.


Le déficit budgétaire de l’administration centrale (CG) devrait se réduire à 6,3 % du PIB en 2021, contre 7,7 % en 2020 (hors produits des privatisations), la reprise économique ayant entraîné une solide reprise des recettes. Les dépenses actuelles restent élevées en raison des dépenses de vaccination et d’autres soins de santé, ainsi que du début de l’expansion des services sociaux (2021 : 0,4 % du PIB) dans le cadre de nouvelles initiatives lancées l’année dernière.


Une augmentation de la dette publique

Fitch s’attend à ce que les déficits budgétaires ne diminuent que progressivement à mesure que les dépenses liées au Nouveau modèle de développement du Maroc (NDM) augmentent. Cependant, l’agence estime que les nouveaux engagements de dépenses resteront inférieurs à l’objectif annuel de 4 % du PIB d’ici 2025, car les autorités s’efforceront de continuer à réduire le déficit.


Les dépenses du NDM se concentrent sur la prestation de services sociaux, en particulier dans les domaines de la santé et de l’éducation, et sur l’expansion des prestations sociales. Fitch en estime le coût en 2022 à environ 1,3 % du PIB.


Fitch s’attend à ce que les mesures de recettes prévues, notamment l’élargissement de l’assiette fiscale, l’amélioration de l’administration fiscale et la réduction des transferts des entreprises publiques, ne couvriront que partiellement les dépenses du NDM.


Parallèlement aux pressions continues sur les dépenses dues à la pandémie, l’augmentation des dépenses maintiendra le déficit budgétaire beaucoup plus large que le niveau compatible avec la stabilisation de la dette en 2022 et 2023.


Fitch prévoit le déficit du CG à 5,9 % du PIB en 2022, conformément à l’objectif du gouvernement prévu dans le projet de budget à partir d’octobre, et 5 % en 2023. Fitch estime le déficit GG, qui comprend également la sécurité sociale, les collectivités locales et les unités extrabudgétaires, à 4,8 % du PIB en 2022 contre 5,3 % en 2021,


Des déficits budgétaires importants entraîneront une augmentation de la dette publique malgré le rebond économique, note Fitch. L’agence prévoit que la dette de GG augmentera à 70,1 % d’ici 2023 contre 67,6 % en 2021, dépassant la médiane « BB » projetée de 57,3 % en 2023.


Cependant, les risques de financement budgétaire sont faibles, reflétant l’accès souverain à une base d’investisseurs nationaux importants et captifs avec un financement intérieur net qui devrait couvrir les deux tiers des besoins de financement du Trésor en 2022 et 2023.


Le choc pandémique a aggravé les vulnérabilités financières de certaines entreprises publiques (EP), avec un coût important pour les finances publiques, relève l’agence. Les entreprises publiques devraient avoir une dette relativement élevée de 27,7 % du PIB à la fin de 2021, dont plus de 11 % du PIB sont garantis par l’État.


En outre, les autorités ont étendu les transferts budgétaires (2021 : 3,5 % du PIB), de nouveaux prêts et garanties, ainsi que des injections de fonds propres pour soutenir les finances des entreprises publiques et leurs investissements.


Les passifs éventuels découlent également d’un programme de prêts garantis qui ont atteint plus de 5 % du PIB. Des plans de rationalisation et de privatisation d’une partie de certaines entreprises publiques sont en cours de mise en œuvre, mais des ventes significatives ne sont pas prévues d’ici la fin de 2022.


Un choc pandémique qui demeure gérable

Fitch considère que la capitalisation du secteur bancaire est faible par rapport à son évaluation des profils de risque des banques. Cela tient compte des concentrations élevées (expositions aux clients) et de l’expansion régionale des banques dans les pays d’Afrique subsaharienne les moins bien notés.


Le choc sur la qualité des actifs dû à la pandémie a été globalement gérable, limitant l’impact sur les ratios de fonds propres des banques. Fitch ne s’attend pas à ce que les banques aient besoin d’un soutien souverain extraordinaire au cours des deux prochaines années.


L’atténuation des perturbations dues à la crise sanitaire et l’amélioration des précipitations après une sécheresse de deux ans entraîneront un rebond du PIB réel de 6,2 % en 2021, suivi de 3,2 % en 2022, proche du potentiel à long terme. Le lancement d’un fonds d’investissement stratégique en coopération avec le secteur privé et les réformes des marchés des produits et du travail soutiendront la reprise économique, analyse l’agence de notation.


Les importations et les exportations augmenteront de plus de 20 % en 2021. Cela reflète la demande refoulée de biens de consommation et de voitures, les intrants manufacturiers, les fournitures médicales et la hausse des prix de l’énergie. Les exportations ont été soutenues par la flambée des prix du phosphate d’environ 57 % jusqu’à présent cette année et la forte reprise de la plupart des exportations manufacturières et agricoles. Le CAD s’élargira à environ 4,2 % du PIB en 2021 avant de s’établir en moyenne à 3,1 % sur 2021-23, à mesure que les importations de produits médicaux et la demande d’importation de rattrapage s’estomperont.


Les CAD importants seront principalement financés par la dette et la dette extérieure nette atteindra 21,2 % du PIB en 2023, contre 19,2 % en 2021, proche de la médiane « BB » prévue de 20,5 %. Les risques de liquidité externe sont quelque peu atténués par le soutien de longue date de la communauté des créanciers officiels et la composition favorable de la dette extérieure du Maroc, relève l’agence.


Les prêts publics représentent environ les trois quarts de la dette extérieure publique et la moitié de la dette extérieure brute totale. La résilience externe est également soutenue par les réserves de change assez confortables du Maroc et l’amélioration de la flexibilité du taux de change. Fitch prévoit que les réserves de change couvriront 6,6 mois de paiements extérieurs courants en moyenne en 2021-2023, conformément à la médiane « BB ».


Une stabilité politique préservée

Par rapport aux tensions entre le Maroc et l’Algérie qui ont conduit à la fermeture de la frontière entre les deux pays et à la décision de l’Algérie de ne pas renouveler le contrat de transit du gaz via le gazoduc GME, Fitch considère que le risque d’un conflit ouvert est faible.


Le Maroc a un score de pertinence ESG (RS) de « 5 » respectivement pour la stabilité et les droits politiques et pour l’État de droit, la qualité institutionnelle et réglementaire et le contrôle de la corruption. Ces scores reflètent le poids élevé des indicateurs de gouvernance de la Banque mondiale (WBGI) dans le modèle de notation souveraine élaboré par Fitch.


Le Maroc a un classement WBGI moyen au 42e centile et se classe en dessous des médianes des catégories de notation sur tous les piliers du WBGI. La stabilité politique a été préservée au Maroc au cours de la dernière décennie dans un contexte de troubles récurrents dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, mais les tensions sociales ont conduit à des manifestations récurrentes dans plusieurs provinces dans un contexte de chômage toujours élevé, affectant particulièrement les jeunes urbains, estime l’agence.


Perspectives d’évolution selon Fitch Ratings
Facteurs qui pourraient, individuellement ou collectivement, conduire à une action/déclassement de notation négative :
–  Finances publiques : une tendance haussière persistante de la dette publique/PIB au-delà de nos prévisions actuelles, reflétant des déficits publics importants ou la matérialisation de passifs éventuels sur le bilan du souverain 
–  Finances extérieures : Une détérioration de la résilience extérieure, par exemple à cause d’un retrait important des réserves internationales ou de déficits courants persistants entraînant une forte hausse de la dette extérieure nette/PIB 
–  Caractéristiques structurelles : Evolutions défavorables de la sécurité ou instabilité sociale affectant les performances macroéconomiques ou entraînant des dérapages budgétaires importants.
Facteurs qui pourraient, individuellement ou collectivement, conduire à une action/amélioration de notation positive :
–  Finances publiques : Une baisse significative et durable de la dette des administrations publiques/PIB à moyen terme, soutenue par une réduction du déficit public, probablement tirée par les mesures politiques 
–  Finances extérieures : Réduction durable du déficit du compte courant qui inverse la tendance récente à la hausse de la dette extérieure nette/PIB 
–  Macro : Perspectives de croissance à moyen terme plus solides, soutenues par des réformes économiques et des améliorations du cadre de politique économique.


Source : Document FitchRatings

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En clair