Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Diplomatie
Gazoduc: Tebboune affirme que l’Algérie n’a toujours pas pris de décision

10.10.2021 à 23 H 58 • Mis à jour le 11.10.2021 à 00 H 05
Par

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’est exprimé, ce dimanche soir, sur différents sujets diplomatiques, dont les relations avec le Maroc mais aussi la France.


Dans le cadre de déclarations accordées à des journalistes, Tebboune affirme que l’Algérie « n’acceptera aucune médiation » pour l’amélioration des relations diplomatiques avec le Maroc, « afin de ne pas assimiler l’agresseur à l’agressé », a-t-il fait savoir. « Nous n’avons plus besoin de l’ancien gazoduc qui traverse le sol marocain, mais nous n’avons pas encore pris de décision avant la fin du contrat, qui court jusqu’au 31 octobre », a ajouté le chef d’état algérien.


Pourtant, en août dernier, le ministre algérien de l’Énergie avait assuré à l’ambassadeur d’Espagne à Alger que son pays n’était pas intéressé à étendre le contrat d’approvisionnement à travers le gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui traverse le Maroc. De son côté, Rabat s’était exprimé, à travers la directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, en affirmant être favorable au maintien du gazoduc.


Au sujet des dernières tensions diplomatiques entre les deux pays, allant jusqu’à la rupture décidée par Alger, Abdelmadjid Tebboune déclare : « Celui qui nous cherche sait où nous trouver. C’est ce que je dis en réponse à la coopération entre le Maroc et les sionistes », lance-t-il, allusion faite à la normalisation des relations diplomatiques entre Rabat et Tel Aviv. « Nous sommes un peuple de résistance et nous connaissons la valeur des guerres et de la poudre à canon, mais nous voulons la paix », glisse Tebboune.


Le président algérien s’est aussi exprimé au sujet des relations diplomatiques avec la France. L’ambassadeur d’Alger avait été rappelé de Paris, après les déclarations du président français Emmanuel Macron au sujet de l’histoire de l’Algérie. Un éventuel retour de l’ambassadeur d’Algérie en France est « conditionné au respect total de l’Etat algérien », a déclaré Tebboune ce dimanche. « L’Histoire ne doit pas être falsifiée », a-t-il ajouté, poursuivant : « L’Etat est debout avec tous ses piliers, avec sa puissance, la puissance de son armée et son vaillant peuple ».


©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu