logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Culture
La Conseil de la ville de Casablanca refuse de déplacer le Salon International du Livre à Rabat

10.11.2021 à 16 H 26 • Mis à jour le 10.11.2021 à 16 H 27
Par

Selon plusieurs sources médiatiques ce mercredi, le Conseil de la ville de Casablanca a rejeté la décision du ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication de déplacer la prochaine édition 2022 du Salon International de l’Édition et du Livre (SIEL) de la capitale économique à Rabat. L’annonce du changement de ville avait été faite jeudi dernier par le ministre Mehdi Bensaid.


Les membres du bureau du Conseil de la ville de Casablanca auraient exprimé leur rejet de la décision du ministre, ce dernier n’ayant pas impliqué l’ensemble du Conseil municipal dans sa prise de décision.


Houcine Nasrollah, 2e vice-président du Conseil, a signifié ce mercredi à Hespress que la présidence de la collectivité « a fait part de son mécontentement face à la décision prise par le ministère », précisant qu’elle « refuse de transférer le Salon du livre international ». Nasrollah a également qualifié les justifications du ministre d&rsquo « illogiques et inacceptables  », soulignant « la nécessité de revenir sur la décision ». Le conseiller estime en outre que « l’échec de Rabat, à accueillir cette grande exposition affectera les prochaines éditions, même si l’organisation de l’évènement est renvoyée à Casablanca  ».


Najwa Koukouss, ex-conseillère de la ville de Casablanca et parlementaire à la Chambre des représentants sous l’égide du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a pris la parole à ce sujet sur ses réseaux sociaux. Elle a notamment affirmé que Mehdi Bensaid, également encarté PAM, lui a assuré lors d’une réunion tenue ce mercredi matin que « l’organisation du salon à Rabat en 2022 est une exception d’un an, en raison des conditions logistiques et organisationnelles qui ne permettent pas de le tenir au même endroit où il se tient habituellement  ».


Le ministre lui aurait également confié que « le salon reviendra à Casablanca en 2023 » et que le Conseil de la ville de Rabat « contribuera au budget de sa mise en place », contrairement aux conseillers élus de Casablanca qui n’y contribueraient « ni de près ni de loin » selon Najwa Koukouss, qui ajoute qu&rsquo « aucun conseiller de la ville de Casablanca n’a participé à l’organisation du Salon les années précédentes ». « Le PAM étant membre de la majorité dirigeante du Conseil de la ville de Casablanca, j’appelle nos élus à contribuer et à travailler au rayonnement culturel et à faire avancer les affaires culturelles de la ville et de la région », conclut l’élue parlementaire.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu