S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Culte
La secte juive ultra-radicale Lev Tahor assure être la bienvenue au Maroc

14.07.2022 à 16 H 01 • Mis à jour le 14.07.2022 à 19 H 18 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Lev Tahor
Certains membres des « Talibans juifs » venus au Maroc ont profité d'une cérémonie religieuse du rabbin Yoshiyahu Pinto ouverte à tous pour s'y immiscer et prétendre par la suite qu'ils auraient reçu son onction pour s'implanter et exercer comme bon leur semble dans le pays

Lors de sa récente visite au Maroc, Uriel Goldman, l'un des dirigeants de Lev Tahor, un groupe juif extrémiste, affirme avoir reçu la bénédiction du rabbin Yoshiyahu Pinto, un des acteurs clé du rapprochement israélo-marocain, pour s'installer dans le royaume, apprend-on de la presse israélienne.


Celle-ci rappelle que le groupe a été fondé par le rabbin Shlomo Helbrans à Jérusalem dans les années 1980, ajoutant qu’il s’agit d’«  un culte ultra-orthodoxe assiégé ».


Le rabbin Pinto a refusé de faire une déclaration à ce sujet, tandis qu’un représentant de la communauté juive du Maroc a déclaré qu'il n'avait aucune connaissance du culte et que Pinto n’était pas lié à la communauté au sens large, rapporte la presse israélienne.


La réalité serait plutôt, comme l'explique au Desk une source au fait des méthodes d'entrisme de la secte, que certains de ses membres venus au Maroc ont profité d'une cérémonie religieuse du rabbin Pinto ouverte à tous pour s'y immiscer et prétendre par la suite qu'ils auraient reçu son onction pour s'implanter et exercer comme bon leur semble dans le pays.


Ainsi, Uriel Goldman a pu de cette manière s'approcher et recevoir la bénédiction du rabbin Yoshiyahu Pinto pour espérer, comme il le fait à diverses occasions dans d’autres pays auprès d’autres rabbins, s’attirer ses bonnes grâces et revendiquer par la suite son soutien qu'il n'a pas dans les faits obtenu.


Goldman a été responsable des finances et de la collecte de fonds de Lev Tahor, et agit en tant que porte-parole. Depuis qu'une grande partie décisionnaire du groupe a été emprisonnée, son rôle est plus important au sein de la secte qui est non grata dans la plupart des pays où elle tente de s'incruster.


« Ils pensent qu'un pays conservateur comme le Maroc pourrait accepter davantage leurs pratiques et leurs coutumes, et la majorité des membres de la secte sont juives séfarades, avec des racines en Afrique du Nord et dans la région », a commenté un militant de Lev Tahor Survivors, une organisation soutenant les transfuges du groupe.


« On pense que Lev Tahor comprend environ plusieurs centaines de personnes, principalement réparties entre les États-Unis, le Guatemala et la Macédoine », lit-on. Le groupe est décrit comme les « talibans juifs » et la secte a fui à plusieurs reprises en masse au-delà des frontières quand les autorités réprimaient ses pratiques illégales.


La presse israélienne rappelle que « le groupe s'est présenté au Canada, puis au Guatemala en 2014, après avoir fait l'objet d'un examen minutieux de la part des autorités canadiennes pour des allégations de maltraitance d'enfants et de mariage d'enfants. Les autorités guatémaltèques ont forcé plus tard, le groupe à se disperser ».


Elle ajoute que « les dirigeants de la secte sont pour la plupart en prison aux États-Unis pour des condamnations découlant d'un enlèvement d'enfants et d'une affaire de maltraitance d'enfants ».

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu